Plus de journées sans voiture? Les Bruxellois sont pour

Plus de journées sans voiture? Les Bruxellois sont pour

Au lancement de la semaine de la mobilité mi-septembre, les voitures ont été bannies du centre-ville de Bruxelles à l’occasion du « Dimanche sans voiture ». En l’espace d’une journée, les polluants présents dans l’air ont diminué jusqu’à 90 %. Sans compter la réduction des nuisances sonores.

Chaque année, la même question revient : faut-il organiser plus d’initiative de ce genre ? La réponse est clairement oui, aux yeux de la ministre régionale de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen). Des discussions sont d’ailleurs en cours avec les 19 communes bruxelloises, le secteur touristique et l’horeca. « Les communes se montrent prudemment positives », a-t-elle précisé.

Des économies conséquentes

Mais qu’en pensent les Bruxellois ? Clean Cities Campaign, un réseau européen militant pour une mobilité urbaine zéro-carbone, leur a soumis l’idée d’instaurer une journée sans voiture hebdomadaire. D’après leur enquête (réalisée en juin dernier par Kantar Public), il apparaît que 58 % des Bruxellois soutiennent cette proposition. Un sondé sur quatre s’y oppose (26 %), tandis que 16 % se disent neutres ou n’ont pas d’avis sur la question.

Mettre en œuvre ces journées sans voiture hebdomadaires dans les grandes villes européennes permettrait d’économiser entre 534.000 et 932.000 barils de pétrole, défend Clean Cities. Autrement dit, de réduire la consommation annuelle de carburant dans les transports européens de 3 à 5 %. Soit l’équivalent de la demande annuelle en pétrole de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie combinées ! Une initiative à envisager, souligne la coalition, surtout dans un contexte d’urgence climatique et de crise énergétique.