Les images poignantes d’une éléphante maltraitée et décharnée

Save Elephant Foundation via Facebook

Des photos déchirantes d’une éléphante de 70 ans ont été diffusées par l’association « Save Elephant ». Négligée et maltraitée par ses propriétaires, l’animal n’a littéralement plus que la peau sur les os. Ses propriétaires la font marcher de force lors d’une parade religieuse, sous un costume qui cache la monstrueuse réalité.

Ces images choquantes ont été partagées par la fondation « Save Elephant » à l’occasion de la journée mondiale de l’éléphant de ce lundi. Elles montrent Tikiiri, une éléphante de 70 ans du Sri Lanka, manifestement maltraitée par ses propriétaires. Elle est aujourd’hui tellement mince que l’on voit ses côtes.

Tikiiri, comme 60 autres éléphants, a dû participer à une procession au mois de juillet. Cette parade a lieu dans le cadre d’un festival bouddhiste, la Perahera, qui se déroule chaque année dans la capitale religieuse du Sri Lanka, Kandy. Un rituel cruel pour les animaux. Mais personne ne verra l’état lamentable dans lequel ses propriétaires la laisse. Non, personne, car elle sera recouverte d’un costume cachant sa maigreur et sa peau abîmée.

« Personne ne verra ses larmes couler »

« Tikiiri rejoint la parade tôt dans la soirée pour rester jusque tard dans la nuit, chaque soir, pendant dix nuits consécutives », détaille la fondation. L’éléphante doit supporter le bruit, les feux d’artifices et la fumée tout au long de sa marche, longue de plusieurs kilomètres.

« Personne ne verra ce corps osseux ni son état affaibli à cause de son costume. Personne ne verra les larmes couler de ses yeux, blessée par la lumière qui émane de son masque. Personne ne remarquera les difficultés qu’elle a à marcher, avec ses jambes menottées lors de son parcours » s’attriste « Save Elephant ».

Save Elephant Foundation via Facebook
Save Elephant Foundation via Facebook

La fondation souligne que « tout le monde a le droit de croire, tant que cette croyance ne dérange ou ne blesse pas autrui. » Et de s’interroger, « comment est-il possible d’appeler ça « une bénédiction » ou quelque chose de « sacré » alors que l’on fait souffrir un autre être vivant ? »

Une pétition a été lancée ce mercredi, adressée au président Sri Lankais ainsi qu’au premier ministre. Elle demande à ce que Tikiiri reçoive des soins médicaux immédiats et à ce que l’on ne la force plus à participer à de telles marches.