Le défi du garde des gorilles des Virunga

386

Emmanuel De Merode est le directeur du Parc national des Virunga. Dimanche, il courra le marathon de Londres. Avec un objectif: récolter des fonds, afin de soutenir les familles des gardes tués alors qu’ils se battent pour protéger le parc.

Vous souhaitez établir un fonds pour venir en aide aux gardes du parc tués dans l’exercice de leur fonction. Ils sont si nombreux?

«Malheureusement, oui. Depuis 1996, plus de 150 ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions. Ça a été un métier très dangereux, et il reste. Pour un garde qui débute sa carrière, le risque de mourir de mort violente en protégeant le parc est de 30 à 40%. C’est énorme. Nous travaillons à les protéger. Mais il faut également protéger les familles. On ne peut pas les abandonner à leur sort après la mort de leur proche.»

Les gardes sont menacés par les groupes rebelles, et les braconniers. Êtes-vous optimistes pour la suite?

«Malgré tout, oui. Nous pouvons compter sur l’engagement exceptionnel de nos rangers pour protéger le parc. Ils sont prêts à travailler dans toutes les situations. Et cela porte ses fruits. Nous avons construit deux centrales électriques, des centrales qui ne modifient pas le cours du courant, et deux autres sont en cours de construction. D’ici 2019, le parc sera la seconde source d’électricité de la RDC.»

 

En quoi cela va-t-il aider à sa protection?

«L’électricité, c’est une opportunité pour développer une économie. En lançant le projet de centrale, nous estimions que chaque mégawatt (MW) permettrait de créer entre 800 et 1.000 emplois. Nous avons déjà 60 MW, et nos chiffres de création d’emploi se vérifient. Cela doit permettre d’offrir des alternatives aux jeunes, pour éviter qu’ils ne cèdent aux sirènes des groupes armés. Et quand la population verra que le parc fourni des emplois, elle sera la première à le protéger.»

Pour chaque euro récolté par Emmanuel De Merode, The World We Want Foundation double la mise, jusqu’à 500.000$. Le parc espère ainsi empocher 1 million $ pour soutenir les familles de ses gardes.

Emmanuel De Merode, défenseur du parc et des gorilles

Emmanuel De Merode est le directeur du Parc national des Virunga, dans la tumultueuse région du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC. La région fait face aux groupes armés et aux braconniers… Le parc est le refuge des derniers gorilles des montagnes. Il accueille également une riche biodiversité. Le nom de son directeur n’est pas étranger aux Belges, et pour cause : il est le descendant d’une famille noble du pays. Mais il a passé son enfance loin des salons bruxellois, au Kenya. Depuis près de 20 ans, il dirige le parc. A son arrivée à sa tête, il a entrepris de réformer l’organisation des garde, de les payer convenablement. Aujourd’hui, si les rangers ne sont toujours pas suffisamment nombreux, ils constituent néanmoins une force professionnelle capable de défendre un parc de 800.000 hectares. Son combat pour défendre ce patrimoine de l’humanité ne lui vaut pas que des amis. En avril 2014, il est passé tout près de la mort, quand des hommes armés l’ont attaqué, le blessant grièvement avec des balles au thorax et à l’abdomen.

 

SHARE