Comment la technologie modifie le corps humain: les images qui font froid dans le dos

Comment la technologie modifie le corps humain: les images qui font froid dans le dos
Ph. TollFreeForwarding

Ces dernières années, smartphones, ordinateurs, intelligence artificielle sont venus bouleverser nos modes de vie. Et il y a de fortes chances que la technologie ne s’arrête pas là. Alors, à quoi ressemblera l’être humain en l’an 3.000 ?

L’opérateur de télécoms américain TollFree Forwarding nous projette dans le futur en dévoilant Mindy, le prototype humain que l’on pourrait croiser sur Terre d’ici 900 ans.

Corps voûté

Ces projections terrifiantes extrapolent les résultats de plusieurs études visant à évaluer l’impact à long terme de notre dépendance aux technologies. Et celle-ci se traduit en premier lieu par notre posture. À force de regarder nos smartphones et nos écrans d’ordinateurs, notre torse se tasse et notre cou a de plus en plus de mal à soutenir notre tête. C’est pourquoi Mindy est complètement voûtée, et regarde constamment vers le bas.

Une main en griffe

Si l’on descend un peu, on remarque que Mindy a une main en griffe et un coude à 90º : des positions qui n’ont rien de naturel mais provoquée par l’utilisation constante du smartphone. À force de tenir Internet au bout des doigts, cela entraîne un excès de pression sur les nerfs, provoquant un engourdissement, voire une perte de fonction de la main.

Grosse tête mais petit cerveau

Plusieurs études ont suggéré que les smartphones et autres écrans pourraient avoir un impact sur notre mémoire et sur nos autres fonctions cognitives. Les rayonnements émis par les smartphones, notamment, pourraient s’avérer très nocifs. Alors pour s’en protéger, Mindy a développé un crâne plus épais que les êtres humains de l’an 2000.

En revanche, le cerveau qui se cache sous ce crâne serait, quant à lui, plus petit : puisque l’être humain doit faire beaucoup moins d’efforts qu’auparavant pour assurer ses besoins vitaux, son cerveau fini par rétrécir.

Double paupière

Dernier changement et non des moindres : Mindy a développé une seconde paupière.

En effet, à force d’être exposé à la lumière bleue des écrans (qui entraîne de la fatigue, des maux de tête, des troubles de la concentration…), l’être humain se serait adapté en développant une paupière interne capable de filtrer cette lumière néfaste.

La partie invisible

Ce qui ne se voit pas physiquement sur Mindy, c’est son état d’esprit, sa santé mentale. Et celle-ci n’est pas au beau fixe. À force de consommer des écrans, la qualité de son sommeil s’est détériorée. Conséquence : elle est moins productive, moins créative, moins concentrée. Elle rencontre des sautes d’humeur et des troubles de la mémoire. Addict aux réseaux sociaux, elle est en proie à la dépression et à l’anxiété.

Bien entendu, TollFree Forwarding n’a pas hésité à verser dans l’exagération pour concevoir cet être humain futuriste. À travers cette campagne choc, l’opérateur de télécoms entend surtout mettre en garde contre les effets nocifs (et scientifiquement prouvés) d’une utilisation abusive des technologies.