Un premier patient reçoit un virus «tueur de cancer»

Un premier patient reçoit un virus «tueur de cancer»
AFP / S. Loeb

C’est une étape qui pourrait être cruciale dans la lutte contre le cancer. Des chercheurs américains ont débuté la phase d’essais cliniques sur les humains d’un nouveau virus génétiquement modifié. Appelé Vaxinia, il s’agit d’un virus « tueur de cancer ».

Les tests effectués précédemment sur des animaux ont montré qu’il était capable de réduire les tumeurs au colon, aux poumons, au sein aux ovaires et au pancréas. En outre, l’inoculation du virus a permis de booster le système immunitaire, le rendant plus réceptif aux immunothérapies.

« Nos recherches ont démontré que les virus oncolytiques peuvent stimuler le système immunitaire afin de tuer les cellules cancéreuses, mais le stimuler aussi pour qu’il soit plus réactif à d’autres immunothérapies, notamment aux inhibiteurs de points de contrôle immunitaires », indique le Dr Daneng Li, oncologue et directeur de cette recherche révolutionnaire.

« Il est temps d’améliorer encore le pouvoir de l’immunothérapie. Et nous pensons que Vaxinia peut réellement améliorer les résultats pour nos patients qui combattent le cancer », poursuit le spécialiste. « Nous espérons exploiter la promesse de la virologie et de l’immunothérapie pour traiter une grande variété de cancers mortels. »

Les essais cliniques seront menés sur une centaine de patients, tous ayant subi au moins deux traitements contre le cancer par le passé. Les scientifiques cherchent notamment à déterminer la dose optimale de virus à injecter.