Le changement climatique a un coût et pourrait être bien plus cher que prévu

Le changement climatique a un coût et pourrait être bien plus cher que prévu
Ph. Shutterstock

Inondations et feux de forêt de plus en plus fréquents et intenses, épisodes de canicules à répétition… Partout dans le monde, les conséquences du changement climatique sont visibles et menacent de s’amplifier dans les années à venir, a démontré le sixième rapport du Giec publié la semaine dernière. Mais en termes économiques, combien cela nous coûterait-il ? C’est la question sur laquelle des chercheurs anglais et américains se sont penchés.

Publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, cette étude internationale établit un modèle pour calculer et établir des estimations à l’échelle mondiale du coût social du carbone lié au changement climatique, c’est-à-dire la valeur monétaire des dommages causés par chaque tonne supplémentaire d’émissions de carbone.

L’étude se base sur différents scénarios climatiques liés à la hausse des températures et du niveau des mers dans 180 pays, identifiés comme de potentiels points de bascule. Autrement dit des événements climatiques extrêmes qui, tels des dominos, enclencheraient des réactions en cascade, avec des effets irréversibles pour notre planète.

Fonte du pergélisol, destruction de la forêt amazonienne…

«  Les climatologues soulignent depuis longtemps l’importance des points de basculement du climat, comme le dégel du pergélisol, la désintégration des couches de glace et les changements de la circulation atmosphérique. Pourtant, à l’exception de quelques études fragmentées, l’économie du climat les a soit ignorés, soit représentés de manière très stylisée  », pointe l’auteur principal de l’étude Simon Dietz, économiste de l’environnement et professeur à la London School (Angleterre).

Dans cette recherche, plusieurs points de bascule possibles ont été passés à la loupe : fontes du pergélisol (sol gelé qui recouvre environ 20 % de la surface terrestre) et de la banquise arctique, hausse des températures des eaux et dissociation des hydrates de méthane des océans, destruction de la forêt amazonienne, ralentissement de la circulation méridienne de retournement atlantique, désintégration de la calotte glaciaire du Groenland…

Les premiers points de bascule évoqués ont pour effet principal de libérer des émissions supplémentaires de dioxyde de carbone et de méthane, les seconds d’élever davantage le niveau des mers. La variabilité de la mousson d’été indienne, qui pourrait affecter directement le PIB par habitant en Inde, a également été étudiée.

Un coût social carbone accru de 25 %

Selon les auteurs des travaux, franchir l’ensemble de ces points de basculement augmenterait le coût social du carbone d’environ 25 %. «  Il y a 10 % de chances que ces points de bascule doublent au moins les coûts des impacts du changement climatique et 5 % de chances qu’ils les triplent  », avertissent les chercheurs.

D’après leurs estimations, ces pertes économiques se produiraient presque partout dans le monde, avec un coût particulièrement élevé pour la dissociation des hydrates de méthane des océans et le dégel du pergélisol, qui auraient « les impacts économiques les plus importants ».

Les estimations de ces impacts se situent peut-être en dessous de la réalité, préviennent les économistes : «  La plupart de nos chiffres sont probablement sous-estimés, étant donné que certains points de basculement, certaines interactions entre points de basculement et certains canaux d’impact n’ont pas été couverts dans la littérature jusqu’à présent  ».

Ces derniers précisent toutefois que leur modèle pourra être mis à jour à mesure que l’on obtiendra de nouvelles informations relatives aux points de basculement.