Brisé par la mort de sa femme et de son fils, il planifie son propre meurtre… mais y survit

AFP
AFP - AFP

Les tourments d’Alex Murdaugh, membre d’une lignée d’avocats et de procureurs locaux, défraient la chronique depuis qu’il a découvert, le 7 juin, les corps de sa femme de 52 ans et de son fils de 22 ans devant l’une de leurs propriétés dans la localité d’Islandton. Aucune arrestation n’a eu lieu à ce jour.

Le drame s’était encore intensifié le 4 septembre quand l’avocat de 53 ans a été à son tour attaqué à l’arme à feu, sur le bord d’une route isolée. Blessé à la tête, il a été transféré à l’hôpital et a survécu.

« Il avait tout planifié »

Lundi, Alex Murdaugh, tout juste accusé de malversations financières par son cabinet d’avocats, a avoué avoir organisé lui-même cette attaque avec un ancien client, Curtis Edward Smith, 61 ans. Il a expliqué aux enquêteurs lui avoir donné une arme et lui avoir ordonné de viser la tête.

Il a « reconnu avoir planifié d’être exécuté par M. Smith afin que son fils puisse toucher une assurance-vie évaluée à environ 10 millions $ », selon des documents judiciaires.

L’ancien client lui avait par ailleurs fourni dans le passé des opiacés, a affirmé l’avocat de M. Murdaugh, Dick Harpootlian, sur NBC.

M. Smith a été arrêté mardi et inculpé notamment de suicide assisté, d’agression et de fraude à l’assurance. « Il a reconnu avoir été présent au moment de la fusillade et avoir ensuite jeté l’arme », d’après l’acte d’accusation.

Des mystères demeurent dans la famille

Ce rebondissement ne lève pas le mystère sur le double meurtre du mois de juin.

L’héritage familial de M. Murdaugh, dont le père, le grand-père et l’arrière-grand-père ont occupé des postes de procureur pendant 87 ans, a alimenté les soupçons sur une possible complaisance des forces de l’ordre dans le dossier.

La presse rappelle par ailleurs que le fils tué en juin avait eu un accident de bateau en 2019, au cours duquel une femme de 19 ans avait trouvé la mort. Paul Murdaugh avait été inculpé pour « conduite de bateau en état d’ivresse ayant entraîné la mort » mais aucun procès n’a jamais été planifié.

Le chef de la police de Caroline du Sud, Mark Keel, a appelé dans un communiqué « le public à la patience » et a promis que ses services mèneraient « une enquête professionnelle, sérieuse et impartiale ».