Une semaine de grèves sur le rail: voici les perturbations attendues dès ce lundi

Une semaine de grèves sur le rail: voici les perturbations attendues dès ce lundi
Belga / H. Kaghat

Les syndicats CSC Transcom, CGSP Cheminots et SLFP Cheminots feront donc à nouveau grève mardi, dénonçant le manque d’investissement au sein de la société ferroviaire SNCB et du gestionnaire d’infrastructure Infrabel. Ils considèrent que les investissements engagés par le gouvernement dans les chemins de fer à l’issue du dernier conclave budgétaire sont insuffisants.

Le syndicat des conducteurs de train SACT a, quant à lui, appelé à une action de grève de 48 heures. Il pointe notamment le fait que la sécurité sur le rail est compromise et que les conditions de travail se dégradent. Quant au Syndicat indépendant des cheminots (SIC), il a fait savoir qu’il soutenait tant la grève des principaux syndicats que celle du SACT.

Un service alternatif assuré

Ces actions de grève perturberont la circulation des trains dès ce lundi à 22h jusque jeudi 1er décembre, a communiqué ce lundi matin la SNCB qui a élaboré un service de train alternatif sur la base du personnel présent.

Mardi, 1 train sur 4 circulera : 2 trains IC sur 5, 1 train S/L sur 4 et il n’y aura quasi pas de trains P, a informé la SNCB.

Mercredi et jeudi, un train sur deux devrait circuler : : 1 train IC (reliant les principales villes du pays) sur 2 ; 1 train S/L (offre suburbaine et omnibus) sur 2 ; un nombre très limité de trains P (heures de pointe du matin et du soir) circulera, a annoncé la SNCB. Cette dernière information reste cependant à confirmer. « Pour chaque jour, les voyageurs peuvent vérifier tous les détails un jour à l’avance via le planificateur de voyages, sur l’app ou le site web SNCB », a précisé Marianne Hiernaux, porte-parole de la SNCB.

Le réseau ferroviaire sera fermé dans les provinces de Namur, à l’exception de la dorsale wallonne, de Luxembourg et dans une partie du Brabant wallon en raison de l’indisponibilité du personnel dans la cabine de signalisation d’Infrabel de Namur.

Ces actions interviennent après celle du 5 octobre dernier, où il y a déjà eu une grève de 24 heures, et après les perturbations du 9 novembre, dues à une journée de grève générale, organisée à l’appel de la FGTB et de la CSC.

Retrouve toute l’actu sur metrotime.be