La Belgique est-elle prête en cas d’attaque nucléaire sur son territoire?

La Belgique est-elle prête en cas d’attaque nucléaire sur son territoire?
AFP / V. Hache

Notre pays est-il prêt en cas d’attaque nucléaire ? La question, qui aurait semblé ridicule il y a encore trois mois, se pose désormais suite à l’invasion de la Russie en Ukraine. Pour rappel, les autorités russes ont annoncé avoir mis en régime spécial d’alerte au combat les « forces de dissuasion » de l’armée russe, qui peut comprendre une composante nucléaire. En cas d’escalade sans fin, notre pays pourrait être visé en tant que siège de l’OTAN, l’alliance américo-européenne que Vladimir Poutine refuse de voir à ses frontières.

Interrogé par Het Laatste Nieuws et cité par 7sur7 sur sa capacité de réaction en cas d’attaque nucléaire, le professeur de politique internationale Tom Sauer (UAntwerpen) est clair. « Non, à ma connaissance, il n’y a pas de plan d’urgence prêt au cas où une bombe atomique tomberait. Il existe des procédures d’urgence pour les incidents nucléaires, mais c’est autre chose. Notre pays dispose d’un système de défense antimissile, mais il est efficace contre les missiles de courte portée, et non contre les missiles intercontinentaux. Je ne vois pas ce que vous pouvez faire en tant que pays. Les armes nucléaires dont dispose la Russie sont bien plus puissantes et destructrices que la bombe atomique qui a fait 140.000 victimes à Hiroshima. Une bombe atomique est si gigantesquement destructrice que vous ne pouvez pas vous y préparer. La seule chose que nous pouvons faire est de recourir à la diplomatie et d’œuvrer au désarmement des États nucléaires », a-t-il expliqué.

Un avis partagé par la Coalition belge contre les armes nucléaires, toujours citée par Het Laatste Nieuws et 7sur7. « Aucun pays ou organisation internationale ne dispose des ressources médicales, humaines ou logistiques nécessaires pour répondre de manière adéquate aux conséquences d’une explosion nucléaire, compte tenu de l’énorme puissance explosive ».