Les langues se délient à propos de Patrick Poivre d'Arvor, accusé d'agressions sexuelles

Les langues se délient à propos de Patrick Poivre d'Arvor, accusé d'agressions sexuelles

L'écrivaine, chroniqueuse et youtubeuse Florence Porcel, spécialisée dans la vulgarisation scientifique, accusait le 18 février dernier M. Poivre d'Arvor d'avoir abusé d'elle à plusieurs reprises entre 2004, lorsqu'elle était âgée de 21 ans, et 2009, dans un contexte d'emprise psychologique et d'abus de pouvoir.

Depuis, plusieurs témoignages accablent le présentateur historique du JT de TF1, notamment dans les colonnes du Parisien, évoquant une obsession du journaliste pour les femmes: "A la rédaction de TF1 et plus largement dans le monde de la télévision, l'accusation de viol dont fait l'objet Patrick Poivre d'Arvor ne surprend pas »

Dans son article, le journal français diffuse le témoignage de plusieurs femmes, toutes anonymes, qui peignent le portrait d'un homme « oppressant et influent ». « Dès qu'une stagiaire arrivait, la première chose qu'on lui disait c'est ‘Fais gaffe, ne monte jamais seule dans l'ascenseur avec PPDA' », témoigne par exemple une journaliste.

D'autres témoignages accablants

Dans le dernier numéro de Closer, un journaliste sort aussi du silence pour dénoncer une approche insistante de la part de PPDA, en 2013 lors d'un voyage de presse: "Le matin du premier jour, il m'avait demandé mon numéro de portable pour pouvoir 'échanger plus longuement avec moi'. Et dans la foulée, il m'a envoyé un SMS me proposant de le rejoindre dans sa suite. Je l'ai appelé et j'ai prétendu que j'étais attendue pour décliner. Vu sa réputation dans le métier, c'était plus prudent. Le jour du retour en France, comme il profitait de sa suite jusqu'à la dernière minute, il m'a à nouveau proposé d'y monter 'pour poser mes valises et prendre une douche si je voulais'. PPDA était bien plus qu'un dragueur impénitent, c'était un malade."

Elle n'est pas la seule à avoir des mots forts à l'égard du présentateur, une de ces anciennes proches souhaitant conservant l'anonymat le qualifiant de "prédateur". "C'est un prédateur sans conscience, qui sera toujours dans le déni de ce qu'il a fait subir à de très jeunes femmes. Ce qui me choque, c'est qu'il se soit conduit ainsi dans le cadre de son travail. Cette impunité hallucinante", déplore-t-elle.

Jusqu'à présent, PPDA n'a pas réagi aux différentes accusations publiquement, mais a dénoncé les attaques dont il était victime dans un SMS, indiquant qu'il s'agissait d'"accusations qui ne peuvent être que fantaisistes". Il s'est saisi de son avocat Me François Binet pour porter l'affaire devant les tribunaux.

Lire aussi: « J'ai tout de suite senti le malaise quand j'ai croisé le regard de sa secrétaire »: des révélations chocs sur PPDA