Dominique Leroy conclue une transaction pénale avec le parquet

Belga

L’ex-CEO de Proximus a choisi de mettre fin aux poursuites pénales pour délit d’initié qui pesaient sur elle, rapportent L’Echo et De Tijd, contre un virement de 107.000 €, maximum prévu par la loi et négocié avec le parquet de Bruxelles.

Dominique Leroy comparaissait hier devant la chambre du conseil pour proposer une transaction pénale négociée avec le parquet de Bruxelles dans son affaire de délit d’initié. Le président, Jean Coumans, n’a cependant pas homologué la transaction, réservant sa décision au 15 juillet.

Dominique Leroy devra s’acquitter de l’amende maximale. Celle-ci s’élève à 80.000 €. Elle devra aussi verser le montant de ses avantages patrimoniaux (un peu plus de 6.000 €) multiplié par quatre, ainsi que payer les frais de justice. Le tout pour un total approximatif de 107.000 €.

Le montant doit encore être homologué

Contacté par L’Echo, le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman «confirme la conclusion d’une transaction pénale après qu’un accord a été trouvé entre Mme Leroy et le parquet. Il a été soumis ce mardi 30 juin à la chambre du conseil pour homologation». Cependant, le magistrat «ne peut confirmer le montant de la transaction dans la mesure où le rôle de la chambre du conseil est de vérifier que ce montant respecte bien la légalité», poursuit-il. Également contactée, Dominique Leroy, n’a pas répondu. Son avocat, Me Jean-Pierre Buyle, n’a pour sa part, souhaité faire aucun commentaire.

À l’issue de cette transaction, Dominique Leroy met donc fin à cette affaire judiciaire qui lui a coûté son poste de CEO chez KPN qu’elle devait rejoindre. Elle n’a pas reconnu de culpabilité et son casier judiciaire restera vierge.