Un homme qui séquestrait un père et sa fille condamné

Unsplash / A. Reinoso

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mardi Alexandre T., un habitant de Wavre né en 1984, à douze ans d’emprisonnement ferme suivis de cinq ans de mise à disposition du tribunal de l’application des peines. Le 29 mars dernier, l’homme avait agressé un père et sa fille adolescente dans leur maison de Braine-l’Alleud.

Sous la menace d’une arme de poing et d’un couteau, il a obligé les victimes à rester dans l’habitation, leur a bandé les yeux, les a frappées et a commis des faits qualifiés de viol sur l’adolescente âgée de 14 ans. La police avait dû tirer pour neutraliser l’agresseur.

Après s’être fait ouvrir la porte sous un faux prétexte, le prévenu a menacé le père de famille avec une arme. Il a obligé le père et la fille à se regrouper sur un canapé et leur a bandé les yeux avec des rideaux. Tout en menaçant les victimes de leur couper les doigts ou de les égorger avec un couteau dont il s’était emparé, il a frappé violemment le père sur la tête avec une bouteille. Il les a soumis à des épreuves humiliantes. Il a obligé le Brainois, en plaçant son arme sur sa tempe, à annuler un repas auquel il était invité dans la soirée.

Le pire évité

A un moment, le père de famille a entrevu une possibilité de s’enfuir et a crié à sa fille de le suivre. Elle a marqué un temps d’hésitation et a été rattrapée par l’agresseur. Tandis que le père alertait les secours, l’adolescente a été forcée de se déshabiller et le prévenu lui a fait subir des faits qualifiés de viol. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, la fille avait réussi à sortir et le prévenu était toujours à l’intérieur.

Il a menacé un policier avec son arme à plusieurs reprises, y compris lorsqu’il a été touché par un premier projectile, après de multiples tirs de sommations d’un des intervenants. L’agresseur était sous l’effet de l’alcool et de la drogue. Il venait de sortir d’un établissement de cure et affirme ne se souvenir de rien.