Des cochons vivants utilisés lors de crash tests

Ph. Twitter

C’est l’indignation en Chine: 15 cochons ont été utilisés par des chercheurs pour être les cobayes de crash tests. Sept d’entre eux sont morts sur le coup, tandis que les autres ont succombé à leurs blessures moins de six heures après le choc. 

15 cochons, âgés entre 70 et 80 jours, ont été tués par des chercheurs chinois qui réalisaient des essais de sécurité pour des sièges pour enfants. Ces simulations d’accident ont causé la mort immédiate de sept cochons, alors que le reste est mort moins de six heures après le choc. Affamés 24 heures avant ces crash tests, ils ont été mis en condition de vitesses extrême dans ces sièges. Sur les images, on peut voir qu’ils sont placés et attachés dans un siège avant d’être projetés avec violence contre un mur.

Les animaux terrifiés qui ne sont pas morts sur le coup ont succombé à leurs blessures, à savoir des abrasions, contusions, lacération et autre fractures. Les chercheurs se sont justifiés en affirmant que le comité éthique avait approuvé cette décision et expliquant que ces cobayes avaient été choisis pour leur morphologie ressemblante à celle d’un enfant de six ans. Ils ont aussi expliqué avoir administré à ces cochons un anesthésique pour réduire « l’excitation et le stress ».

Ph. Twitter

Peta condamne ces expériences

Du côté de Peta, on dénonce fermement cette pratique barbare, qui avait d’ailleurs pris fin aux Etats-Unis dans les années 90. Anne Meinert, porte-parole de l’ONG, a déclaré auprès de Bild: « Laisser des animaux intelligents et sensibles comme les porcs s’écraser sur les murs lors de tests à grande vitesse en Chine est tout simplement cruel. Cela entraîne des fractures, des ecchymoses internes, des lacérations et d’horribles morts. »

L’association a également pointé du doigt le fait que la morphologie des cochons n’avait rien à voir avec celle d’un enfant de six ans, affirmant avec ironie que les cochons ne s’assoient pas dans des sièges pour enfant. « Cela ne nous dit rien qui soit relatif à une expérience humaine dans un crash test », a conclu Zachary Toliver, un autre représentant de l’ONG.

Ph. Twitter