François De Smet candidat à la succession d’Olivier Maingain à la tête de Défi

Belga / L. Dieffembacq

François De Smet se lance dans la course à la présidence de Défi, rapportent jeudi La Libre Belgique, Le Soir et L’Echo. L’ancien directeur du Centre fédéral Migration (Myria) qui a rallié le parti il y a moins d’un an est le premier à officialiser sa candidature.

«Je n’avais pas cette idée en tête il y a encore deux mois», déclare l’intéressé dans La Libre. «Mais j’ai reçu pas mal de sollicitations, j’ai consulté un certain nombre de personnes au sein du parti et j’ai réalisé que j’avais de quoi proposer un projet qui puisse correspondre à Défi aujourd’hui, notamment dans ses liens avec la société civile.»

Se détacher des bases identitaires

François de Smet souhaite fluidifier les structures et les procédures internes du parti, et investir l’échelon fédéral. «Celui-ci est délaissé, abandonné. C’est donc le moment de le réinvestir et de proposer une réforme de l’État durable et rationnelle basée sur l’efficacité et non plus pensée sur des bases identitaires. Avec des transferts de compétences vers cet échelon», ose-t-il dans L’Echo.

La poursuite du développement du parti amarante en Wallonie figure aussi à son programme.

D’autres candidats pourraient encore sortir du bois d’ici dimanche soir pour la succession d’Olivier Maingain. On cite Didier Gosuin ou les députés bruxellois Christophe Magdalijns et Emmanuel De Bock. Joëlle Maison a confirmé au Soir qu’elle ne se présenterait pas.