Jean-Michel Jarre a pardonné son père, un « handicapé du cœur »

AFP / V. Macon

L’artiste s’est confié sur la difficile relation qu’il entretenait avec son père, le célèbre musicien Maurice Jarre. Malgré les tensions, « sur son lit de mort, j’ai décidé de lui pardonner », confie la star française de l’électro.  

Lors d’un long entretien accordé au Journal du Dimanche, Jean-Michel Jarre s’est livré sur la relation qu’il entretenait avec son père. Maurice Jarre, compositeur multi-oscarisé, les avait déshérités, sa demi-sœur et lui, au profit de sa dernière épouse. À l’occasion de la publication de son autobiographie « Mélancolique Rodéo », Jean-Michel Jarre est revenu sur son statut de « fils mal-aimé ».

Malgré une passion commune pour la musique, la relation père-fils était des plus conflictuelles. Star planétaire et pionnier de l’électro, Jean-Michel Jarre regrette que son père ne soit même jamais venu le voir en concert. Pire encore, « on n’a jamais parlé musique » ensemble, explique-t-il au JDD.

« Handicapé du cœur »

Malgré les regrets et les rancœurs, Jean-Michel Jarre n’a pas laissé partir son père dans l’amertume. Le compositeur, récompensé de trois Oscars, était décédé en 2009, après un long combat mené contre le cancer. « Sur son lit de mort, j’ai aussi décidé de lui pardonner. Et aussi, selon l’ancienne tradition juive, de lui demander pardon de ne pas avoir su me faire aimer par lui », raconte le parolier.

D’après lui, son père devait forcément « avoir quelque chose de brisé » pour devenir un tel « handicapé du cœur ». Et d’ajouter : « Il n’y a rien de plus difficile pour un enfant que de se construire face à une béance. Mieux vaut une présence contre laquelle se rebeller. »