Le témoignage bouleversant d’une mère dont la fille de 12 ans s’est suicidée

605
Ph. Facebook

C’est une nouvelle preuve des dégâts que peut provoquer le harcèlement en ligne. Une maman dévoile que sa fille a reçu via les réseaux sociaux des moqueries pour « ne pas avoir de mère ». Sous pression, elle a fini par mettre fin à ses jours.

Jessica Scatterson s’est suicidée dans sa chambre à coucher en avril 2017, après avoir publié une photo en ligne de son pied portant l’inscription « RIP ». Quelques semaines à peine avant l’incident tragique, elle avait été victime de harcèlement « parce qu’elle n’avait pas de mère ». Elle vivait depuis quelques temps avec son père, suite à un conflit familial.

Le cœur brisé, Rachael Warburton, la maman, supplie maintenant les parents de surveiller les comptes de réseaux sociaux de leurs enfants. L’enquête après la mort de la jeune fille de 12 ans a révélé que son activité sur les médias sociaux avait atteint un niveau « intense », ce qui l’avait conduite à « être émotionnellement dépassée » avant son suicide.

Ph. Facebook

 

Des messages sur son iPad

L’enquête a conclu que les amis de Jessica savaient qu’elle s’était déjà infligée des souffrances. Elle a également souligné que la jeune fille avait été embêtée à l’école en avril 2016. Elle était rentrée chez elle avec une égratignure au visage et un œil gonflé suite à une bagarre avec une autre fille. Des dessins et des notes faisant référence à la mort et au suicide ont été découverts dans sa chambre quelques jours après son décès. Des messages prouvant le harcèlement de l’adolescente par ses camarades de classe ont été découverts sur son iPad.

L’âge minimum requis pour accéder aux médias sociaux est la plupart du temps de 13 ans, mais il est en réalité très simple de créer un compte à tout âge.