L’été, le spectacle sort des théâtres

le Capitaine Fracasse - Ph. DEL Diffusion

L’été, le théâtre sort de ses murs pour investir des lieux magiques. Châteaux et abbayes accueillent des spectacles, du répertoire souvent. Rire et spectaculaire sont au rendez-vous.

Villers-la-Ville

Ph. Del Diffusion

Cela fait maintenant plus de 30 ans que les ruines de l’abbaye cistercienne de Villers-la-Ville accueillent chaque été un spectacle d’envergure. Cette année, le choix de Patrick De Longrée, producteur, s’est porté sur un classique du roman français. «Le Capitaine Fracasse» de Théophile Gautier est adapté à la scène par Alexis Goslain qui signe la mise en scène de cette comédie de cape et d’épée. Amour et aventure romanesque sont au programme dans ce cadre majestueux. Jusqu’au 5 août.

Bruxellons !

Le Festival Bruxellons ! puise dans un répertoire bien bruxellois. Avec «Bossemans et Coppenolle», c’est au source de la zwanze que les spectateurs sont conviés. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas ce classique de Van Stalle et d’Hanswyck, la pièce revient sur le centenaire antagonisme des supporters de l’Union saint-gilloise à ceux du Daring à travers deux personnages manipulés par leurs épouses de caractère. Daniel Hanssens et Pierre Pigeolet font mouche dans une mise en scène orchestrée par David Michels. Le directeur des Galeries connaît bien ce vaudeville qui s’est joué maintes et maintes fois sur son propre plateau.

Ph. D. R.

Mais le festival installé au château du Karreveld ne se limite pas à la seule comédie populaire. Sa programmation qui se déploie jusqu’en septembre a les airs d’un joli best of de la saison théâtrale qui vient de s’écouler.

Besoin de conseil dans la vingtaine de propositions? Dans les petites formes, on vous encourage à découvrir le seule-en-scène de Stéphanie Blanchoud, (l’héroïne d’«Ennemi Public»). Dans «Je suis un poids plume», la comédienne raconte comment la boxe lui a permis de surmonter une délicate rupture. Un texte parfois rude comme un coup de poing dans le punching-ball.

Ph. Johannes Vandevoorde

Drôle mais surtout interpellant, «Pour en finir avec la question juive» de Jean-Claude Grumberg fait se rencontrer deux voisins sur leur palier commun. L’un est Juif mais ne s’en préoccupe guère jusqu’à ce que les questions de l’autre ne cessent de le coincer dans sa judéité. Le face-à-face entre Itsik Elbaz et Frederik Haugness décortique les stéréotypes, les renverse dans un tango aussi amusant que provocateur.

L’année dernière, on a découvert avec émotion l’interprétation sincère de Nicole Valberg dans «Un mardi sur deux». L’auteur et metteur en scène Christian Dalimier évoque avec justesse le quotidien d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Jusqu’au 29 septembre au château du Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean.

Tournée des châteaux

Ph. Fabrice Gardin

La troupe des Galeries vient de passer au Karreveld mais poursuit sa grande tournée estivale dans toute la Wallonie jusqu’en septembre. Beaucoup l’ont découvert au cinéma, mais «Le Prénom» est avant tout une pièce de Mathieu Delaporte et d’Alexandre de la Pattelière. Un couple révèle le prénom de son futur enfant et provoque un sacré malaise dans l’assistance venue dîner. Drôle et caustique ! En tournée dans toute la Wallonie jusqu’au 1er septembre.