Le wifi se généralise dans les avions

Le wifi sera bientot un critère de sélection des compagnies, prévient une étude américaine.

Le wifi à bord des avions constitue le nouveau service dont rêvent tous les passagers, au point que 68% des Américains choisissent leur compagnie aérienne en vérifiant cette disponibilité lors de la réservation. Le choix peut être drastique puisque 21% des personnes interrogées avouent ne plus monter dans les appareils de leur compagnie aérienne préférée, faute de wifi . Et, 45% précisent qu’ils ne resteront pas fidèles à la leur si elle ne propose pas un service optimal. Six Américains sur dix avouent même qu’ils seraient frustrés de ne pas en bénéficier. Au même titre que l’arrivée des low-cost a imposé une refonte de la grille tarifaire, le wifi pourrait ainsi départager les compagnies.

Des passagers exigeants

La question du wifi est primordiale pour les compagnies aériennes qui s’activent à acquérir des appareils équipés. Les voilà prévenues, 84% des voyageurs attendent de surfer sur internet aussi bien qu’à la maison ou au bureau. L’exigence est de taille puisque 90% veulent profiter d’une connexion ultra rapide où qu’ils aillent sur la planète. Ce nouveau besoin est largement impulsé par la jeune génération, ceux que l’on appelle les millenials (nés entre 1982 et 1998). 73% (contre 63% des générations plus âgées) déclarent que la disponibilité du wifi influence leur réservation. La rapidité de connection est d’ailleurs importante pour 89% d’entre eux, contre 77% de leurs aînés.

La dernière annonce en date sur le sujet émane de Finnair. La compagnie aérienne finlandaise compte installer le service dans tous ses avions long-courrier à compter d’octobre prochain. De son côté, Lufthansa travaille activement à son développement sur ses Airbus A320 pour commencer. D’ici mi-2018, tous les appareils de la compagnie allemande seront équipés. Les autres compagnies du groupe, comme Brussels Airlines, suivront ensuite.

Lire aussi : Le wifi gratuit dans le métro bruxellois en 2016

Lire aussi : Des bornes wifi à la place de cabines téléphoniques à New York