Emmanuel l’émeu, l’autruche star de TikTok, entre la vie et la mort à cause de la grippe aviaire (Vidéo)

Emmanuel l’émeu, l’autruche star de TikTok, entre la vie et la mort à cause de la grippe aviaire (Vidéo)
Ph. Twitter / eco sister

Il y a quelques mois, Taylor Blake, une jeune éleveuse américaine, a commencé à partager sur TikTok son quotidien et son travail, depuis sa ferme en Floride, aux États-Unis. Parmi ses animaux, Emmanuel l’émeu. Visiblement attiré par la caméra, celui-ci ne cessait de faire des apparitions impromptues dans les vidéos de Taylor. Une attitude hilarante qui lui a valu des millions de vues.

@knucklebumpfarms

He knew I meant business when I whipped out his government name 😩🤣 #emmanueltheemu #emmanueldontdoit #emmanuel #emu #animalsagainsteducation

♬ original sound - Knuckle Bump Farms

@knucklebumpfarms

Another day, another Emmanuel don’t do it🤦🏼‍♀️its impossible to educate under these hostile work conditions #emu #emmanueltheemu #farmlife #choas

♬ original sound - Knuckle Bump Farms

Samedi, Taylor a pris la parole sur les réseaux sociaux pour faire part de l’immense tragédie qui touchait sa ferme : une épidémie de grippe aviaire s’y est déclarée. « Nous avons perdu tous les poulets et canards de notre ferme. Nous avons perdu toutes nos oies. Nous avons perdu nos deux cygnes noirs femelles. Nous avons perdu nos deux dindes », a-t-elle déclaré sur Twitter. « Nous avons perdu plus de 50 oiseaux en trois jours. »

Le cœur serré, la jeune femme a également annoncé qu’Emmanuel avait contracté le virus. « Actuellement, il est dans un état stable. Ses symptômes neurologiques se sont atténués mais il ne peut toujours se nourrir ni boire tout seul. Je le nourris à la main et l’hydrate via des fluides sous-cutanés toutes les deux heures, 24h sur 24 », poursuit-elle. « C’est un combattant et je crois sincèrement qu’il va se rétablir complètement. Tout ce qui compte pour moi c’est de le sauver », conclut Taylor.

Des foyers de grippe aviaire provenant d’une souche hautement contagieuse ont été identifiés aux quatre coins de la Floride depuis janvier. Vendredi, le centre de contrôle et prévention des maladies dénombrait pas moins de 50 millions de volatiles touchés par la maladie, qui peut également se transmettre aux êtres humains.