La musique est un langage universel, et c’est la science qui le dit!

La musique est un langage universel, et c’est la science qui le dit!
Ph. Unsplash

La musique est un langage universel. Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont interrogé plus de 350.000 personnes dans plus de 50 pays. Ils leur ont demandé de classer leurs préférences parmi 23 genres musicaux et de remplir un test de personnalité. Il s’avère que les amateurs du même style musical partagent des traits de caractère communs, quelle que soit leur nationalité.

Un langage universel

Les extravertis ont tendance à aimer les mêmes morceaux de musique, qu’ils habitent en France, en Inde ou en Australie. Vous êtes fan d’Ed Sheeran, et plus particulièrement de son single « Shivers » ? Vous faites a priori partie des personnalités extraverties. En revanche, si vous préférez plutôt « Shallow » de Bradley Cooper et Lady Gaga, vous êtes quelqu’un de particulièrement agréable à vivre. Et ce, quel que soit votre âge, votre niveau d’étude ou le pays où vous vivez.

Les chercheurs ont constaté que les personnalités extraverties privilégient les musiques rythmées comme l’électro, la dance, le rap ou les mélodies latines. Les personnes sociables et consciencieuses apprécient plus que les autres les mélodies douces et acoustiques que l’on retrouve dans le folk et le rock romantique. Les amateurs de jazz, de musique classique ou de rock un peu ancien sont, en général, curieux et très ouverts d’esprit.

Dépasser les frontières géographiques

« Nous avons été étonnés de constater à quel point ces schémas entre la musique et la personnalité se reproduisaient à travers le monde. Les gens peuvent être divisés par la géographie, la langue et la culture, mais si un introverti dans une partie du monde aime la même musique que les introvertis ailleurs, cela suggère que la musique pourrait être un lien très puissant. La musique aide les gens à se comprendre et à trouver un terrain d’entente », a déclaré le docteur David Greenberg, chercheur en neurosciences et un des auteurs de l’étude.

Toutefois, les chercheurs ont remarqué que le cas des individus atteints de troubles névrotiques est plus nuancé. Ils ont tendance à se tourner vers de la musique triste pour exprimer leur solitude, ou alors vers des morceaux plus entraînants pour changer leur humeur. En général, ils semblent préférer des styles musicaux plus intenses comme le métal, le punk rock ou le rock classique. Ils feraient écho à leurs angoisses et frustrations intérieures.

Si la personnalité humaine ne se résume pas à un trait de caractère principal, cette étude est une première étape pour comprendre les facteurs biologiques et culturels qui influent sur nos préférences musicales. Elle montre aussi comment la musique pourrait aider à dépasser les divisions sociales. Le Dr Greenberg le fait déjà durant des ateliers de médiation, qu’ils organisent à Jérusalem entre Israéliens et Palestiniens.