Les Diables rouges avec Saelemakers, Batshuayi et Vanaken pour le match de consolation face à l’Italie

Les Diables rouges avec Saelemakers, Batshuayi et Vanaken pour le match de consolation face à l’Italie
Belga / B. Fahy

Hormis un bonus légèrement supérieur pour le numéro trois et des points bien nécessaires pour le classement FIFA, il n’y a pas beaucoup plus d’enjeu dimanche après-midi à Turin dans un duel entre deux pays qui, chacun à leur manière, attendaient beaucoup plus de ce tournoi. Les Italiens voulaient briller en tant que champions d’Europe devant leur propre public euple, mais ils se sont inclinés à Milan face à une Espagne jeune et frivole. Après un championnat d’Europe décevant, la génération dorée des Diables rouges avait reporté ses espoirs de premier prix sur la Ligue des Nations. Après une première mi-temps brillante contre la France et une avance de 2-0 à la pause, les Belges ont encore cédé sous la pression après la pause pour finalement s’incliner 2-3 et ajouter une nouvelle désillusion.

Ce devait être le match de la revanche contre le champion du monde en titre, après la frustrante défaite 0-1 à Saint-Pétersbourg en demi-finale de la Coupe du monde il y a plus de trois ans, avec la Croatie comme adversaire en finale, le titre mondial était en jeu par la suite. Il y a aussi un sentiment de revanche contre les Italiens, après l’élimination précoce en quart de finale de l’Euro 2020 contre la Nazionale, un match qui a laissé toute la nation avec un sentiment particulièrement aigre après coup.

Une deuxième défaite en quatre jours serait particulièrement dure pour l’équipe belge, qui s’était rendue dans le Piémont avec beaucoup d’ambition. La confiance doit être renforcée, à un peu plus d’un an de la Coupe du monde au Qatar. Pour cette génération dorée vieillissante, c’est la dernière chance de réussir.

Un XI modifié

L’accent a donc été immédiatement mis sur la préparation de la Coupe du monde, avec le match contre l’Italie comme premier test. Surmenés, Romelu Lukaku et Eden Hazard sont revenus en Belgique et le sélectionneur est obligé de faire des remplacements dans son onze de départ. «Nous sommes venus ici pour gagner la Ligue des Nations. Nous avons perdu la demi-finale et ensuite il y a eu une sorte de remise à zéro, l’accent étant déjà mis sur la préparation de la Coupe du monde de l’année prochaine. Nous préparons les jeunes joueurs et quand ils sont prêts, nous leur donnons une chance. Mais je ne vais pas faire un pari. Nous avons un certain système et c’est en fonction de celui-ci que j’intègre les joueurs», a déclaré l’entraîneur samedi.

Le gardien Thibaut Courtois aura l’habituelle défense à trois avec Toby Alderweireld, Jan Vertonghen et Jason Denayer devant lui. Ce dernier a fait un excellent travail contre la France. Au milieu de terrain, Alexis Saelemaekers prend la place de Timothy Castagne au poste d’ailier droit. En pointe, Michy Batshuayi remplace Romelu Lukaku. Le sélectionneur national a indiqué samedi qu’il ne voyait pas immédiatement en Charles De Ketelaere un numéro 9 pour l’équipe nationale. Hans Vanaken remplace Eden Hazard dans le onze de départ.