Italie-Angleterre: une belle affiche pour une finale inédite

Italie-Angleterre: une belle affiche pour une finale inédite
AFP

À cause de la pandémie de Coronavirus qui a chamboulé le monde depuis près d’un an et demi, l’UEFA a dû ajuster ses règles en ce qui concerne le nombre de joueurs pouvant participer à l’Euro 2020. Les sélectionneurs des équipes nationales ont ainsi pu compter sur 26 joueurs contre 23 habituellement. Si Roberto Mancini a établi une équipe titulaire qui a été modifiée à cause des blessures, Gareth Southgate a chamboulé plusieurs fois ses plans, notamment en attaque.

Donnarumma, prodige italien

L’Italie peut compter sur son jeune prodige Gianluigi Donnarumma, titulaire en club depuis qu’il est joueur professionnel et impérial dans les cages depuis le début de cet Euro. S’il a encaissé 3 buts depuis le début du tournoi, le portier de l’Italie a également réalisé 3 clean sheet en 6 matchs. À noter qu’il n’a jamais encaissé plus d’un but par match.

Côté anglais, Jordan Pickford en est lui à 5 clean sheet en 6 rencontres, encaissant un seul but contre le Danemark en demi-finale. Mais si Donnarumma rassure, on peut dire que le portier semble moins serein, notamment sur ses relances au pied. Bien que la défense ait joué un rôle majeur dans la solidité défensive de l’Angleterre dans cet Euro, Pickford a réalisé des arrêts quand ces derniers devaient être faits. Cependant si l’on compare la qualité intrinsèque des deux joueurs, Donnarumma reste à un niveau au-dessus.

Une défense anglaise hors du commun

L’Angleterre ne possède pas la meilleure défense du tournoi par hasard. Avec une arrière-garde composée de Walker, Maguire, Stones et Shaw, les Three Lions n’ont encaissé qu’un seul but en 6 matchs. Ce sera difficile mais pas impossible pour la Nazionale de parvenir à tromper la vigilance de ces quatre-là. La défense anglaise semble au-dessus de la défense italienne.

L’Italie a dû composer avec un certain nombre de blessures qui ont touché des cadres. Alessandro Florenzi n’a disputé que 45 minutes du match d’ouverture face à la Turquie avant de manquer les rencontres suivantes à cause d’une blessure au mollet. Il a été remplacé par Emerson qui a assuré un très bon intérim durant son absence. Florenzi était cependant sur le banc face à l’Espagne. Le capitaine emblématique Giorgio Chiellini a également manqué les matchs face au Pays de Galles et à l’Autriche mais a fait son retour contre la Belgique. C’est d’ailleurs durant ce match que Leonardo Spinazzola s’est fait une rupture du talon d’achille qui le tiendra éloigné des terrains pendant de longs mois. Di Lorenzo s’est chargé de le remplacer face à l’Espagne et son absence ne s’est pas fait ressentir. On peut donc dire que si l’Italie montre des faiblesses en défense face à l’Angleterre, cela viendra probablement de leur côté. La charnière centrale Bonucci-Chiellini s’est montrée intraitable durant le tournoi.

La force italienne sur le milieu de terrain

La Squara Azzura pourra compter sur un milieu de terrain flamboyant face à l’Angleterre. Si Marco Verratti était lors des deux premiers matchs de la phase de groupe, Roberto Mancini a pu compter sur lui à partir de la confrontation face à la République Tchèque. En quatre matchs, il a fait deux assists dont un face à la Belgique. Nicolò Barella dispose des mêmes statistiques en cinq matchs disputés en tant que titulaire. Jorginho vient compléter le trio, lui qui a eu une influence prépondérante sur le jeu de l’Italie et qui a inscrit le tir au but victorieux face à l’Espagne.

L’Angleterre affiche un milieu beaucoup moins impressionnant, composé de la révélation Kalvin Phillips, du capitaine de West Ham Declan Rice et du maître à jouer anglais Mason Mount. L’entrejeu anglais s’est surtout fondu dans le collectif, que ce soit lors des phases de récupération du ballon ou en phase défensive. Le joueur dans ce secteur qui s’est le plus distingué est Jack Grealish, titulaire à une seule reprise dans cet Euro.

Kane, danger nº1

Harry Kane était attendu par tous les supporters anglais pour cet Euro 2020. Après une phase de groupe qu’il a conclu sans inscrire le moindre but, il a débloqué son compteur face à l’Allemagne en huitième de finale. Il en est à présent à 4 buts, dont un doublé contre l’Ukraine et le but de la qualification face au Danemark. Il constituera le danger offensif numéro 1 de la Perfide Albion contre l’Italie. Raheem Sterling sera lui aussi à surveiller, lui qui compte 3 buts et 1 assist en 6 matchs. L’attaquant de Manchester City a réalisé un grand tournoi jusqu’ici, de par sa vitesse, sa vision du jeu et a constitué un danger permanent pour les défenses adverses. L’autre ailier titulaire au début du tournoi, Phil Foden, a progressivement cédé sa place à la pépite d’Arsenal, Bukayo Saka. Le jeune Gunner s’est montré dangereux lors des trois matchs qu’il a disputé, en précipitant notamment le csc du Danemark en demi-finale.

Le trio offensif de l’Italie n’est pas en reste. Immobile, Insigne et Chiesa ont marqué 2 buts chacun, soit la moitié des buts de la Nazionale sur tout le tournoi. À noter qu’Immobile a toujours marqué alors que son équipe avait 2 buts d’avance. Chiesa s’est imposé en tant que titulaire après son entrée et son but victorieux face à l’Autriche en prolongations. Berardi, titulaire au début du tournoi, a inscrit un but face à la Turquie et à la Suisse.

L’Angleterre apparaît donc comme un léger favori sur le papier, d’autant plus que le match se disputera à domicile. Mais le collectif italien a montré à plusieurs reprises pendant le tournoi qu’il était capable de faire le dos et de faire mal quand on ne l’attend pas. La finale s’annonce ouverte et très disputée.