Le quotidien difficile des jeunes parents, entre «baby clash» et vie sexuelle chamboulée

Le quotidien difficile des jeunes parents, entre «baby clash» et vie sexuelle chamboulée
Ph. monkeybusinessimages / Getty Images

L’arrivée d’un enfant chamboule l’équilibre d’un couple. Selon une étude IFOP pour l’entreprise Sleepyz.fr, 81 % des jeunes parents ont déjà été en conflit au sujet des tâches parentales. Un quart affirme se disputer souvent et 15 % tout le temps ou presque.

Ces tensions ne sont pas sans conséquences. Plus d’un parent sur deux ont ressenti, au moins une fois, l’envie de se séparer de leur moitié. 16 % sont même passés à l’acte. Les catégories socio-professionnelles les plus précaires seraient les plus touchées. 64 % des femmes et des hommes touchant moins de 900 euros par mois ont envie de quitter leur conjoint. Dans ce panel, environ un tiers des femmes l’ont fait.

Une vie sexuelle impactée

Après un accouchement, la vie sexuelle des jeunes parents est également impactée. Un tiers des parents ont repris leur vie sexuelle entre 4 et 6 semaines après l’accouchement et autant ont attendu 7 semaines. Un quart des parents ont repris avant 3 semaines. En moyenne, les parents ont repris une activité sexuelle 7,1 semaines après la naissance de leur enfant. Il existe des disparités en fonction de l’âge des parents. Les 18-24 ans attendent en moyenne 5,8 semaines, contre 8,4 semaines pour les parents âgés de 35 à 49 ans.

Pour 76 % des répondants, l’arrivée de l’enfant modifie leur vie sexuelle. Si près de la moitié ont vu baisser la fréquence des rapports, la libido a été boostée pour plus d’un quart des répondants (28 %). L’une des raisons de la baisse de la fréquence des rapports peut être la peur de réveiller l’enfant. Un motif avancé par 56 % des personnes interrogées. 54 % des parents ne sont pas passés à l’acte de peur d’être surpris par leur progéniture. Malgré toutes les complications, 81 % des parents sont satisfaits de leur vie sexuelle.

Retrouvez toute l’actu sur metrotime.be