Qu’est-ce que le syndrome du sauveur et que faire si l’on est concerné?

Qu’est-ce que le syndrome du sauveur et que faire si l’on est concerné?
Ph. Unsplash

Qu’est-ce que le syndrome du sauveur ?

Il s’agit d’un syndrome qui n’est pas répertorié comme une pathologie et qui peut se manifester à différentes échelles. Il peut aller du simple altruisme temporaire, au pervers qui prendra du plaisir de façon inconsciente à soumettre l’autre en étant aidé. Qu’importe la façon dont il se manifeste, ce syndrome est lié à une forme de narcissisme. Ce n’est pas le fait d’aider les autres qui importe, mais bien de savoir qu’il a aidé et surtout, faire savoir aux autres qu’il a deux. C’est donc une façon de booster son égo en se tournant vers des personnes qui se trouvent en difficulté. Cela peut-être des difficultés psychologiques, mais aussi financières ou physiques. Et la reconnaissance qu’il recevra de la personne qu’il a aidé crée un déséquilibre au sein de la relation qui n’est pas bien saine.

Quels troubles ?

Bien souvent, la personne atteinte du syndrome ressent l’envie compulsive d’aider les autres de façon permanente. Le but est de redorer son image, qui n’est pas très reluisante. Cela vient souvent de problèmes vécus lorsqu’elle était enfant à cause de ses parents, mais cela peut aussi être un deuil non fait, un abandon ou un chagrin d’amour. C’est cette aide qui va permettre au sauveur d’exister aux yeux des autres, et à ses propres yeux. Et s’il peut semble positif par moments (qui n’aime pas aider les autres ?), il peut mener à des troubles sérieux comme la dépression et l’isolement. Il est parfois difficile d’identifier ce syndrome, car le sauveur a du mal à aller voir un spécialiste qui pourra poser son diagnostic. Question d’ego.

Quels types de sauveur ?

–  le sauveur abîmé  : il a un besoin éternel de reconnaissance afin de compenser sa médiocre image de lui-même et réparer ses blessures.

–  le sauveur empathique  : il veut toujours être sur un pied d’égalité dans ses relations et veut éviter que l’autre ne réussisse trop. Il a peur d’être abandonné et que l’on ait plus besoin de lui.

–  le sauveur terrorisant  : il veut contrôler physiquement et psychologiquement son partenaire. Cela peut se manifester sexuellement et émotionnellement, notamment via une jalousie extrême.

Peut-on en guérir ?

Il est nécessaire de se faire aider par un psychologue pour sortir de cette maladie. Souvent, les traumas du sauveur remontent à l’enfance et sont difficiles à faire resurgir. Admettre son problème et introspection sont les deux clés pour soigner cette maladie. L’idée est de finir par aider les autres sans se mettre dans des situations malsaines. C’est de ne plus aider les autres pour le regard qu’ils vont porter sur nous, mais bien parce que l’on a réellement envie de les aider.