Quand ils traînent dans nos poches et qu’ils sont réutilisés, les vieux masques sont-ils encore efficaces?

Quand ils traînent dans nos poches et qu’ils sont réutilisés, les vieux masques sont-ils encore efficaces?
Ph. Unsplash

Près de deux ans après le début de la pandémie mondiale, les masques chirurgicaux font désormais partie de notre quotidien. Désormais tout le monde a un masque, devenu un accessoire indispensable. Mais au fil des mois, il semblerait qu’un laisser-aller se soit installé dans une partie de la population.

Aujourd’hui, après avoir été utilisés quelques minutes pour prendre le bus, le train ou rentrer dans un magasin, les masques chirurgicaux finissent dans une poche, dans une voiture ou dans un sac afin d’être réutilisé plus tard. Faut-il s’en inquiéter ?

Faut-il vraiment changer de masque après 4 heures ?

Tout d’abord, il s’agit d’un phénomène tout à fait normal. « Porter le masque pendant des mois n’est pas quelque chose de facile, d’autant qu’il s’agit d’une contrainte. Alors, pour tenir sur la durée, nous nous adaptons », a expliqué Charlotte Jacquemot, chercheuse CNRS en sciences cognitives, à Slate.

Mais d’un point de vue sanitaire, est-ce une mauvaise chose ? Car il faut bien admettre que la plupart des personnes ne prennent plus les mêmes précautions en manipulant un masque. Le 19 mars 2020, au début de la pandémie, un rapport de l’OMS conseillait de changer de masque après 4 heures. « En réalité, le masque chirurgical peut être porté plus longtemps », annonce le microbiologiste français Denis Corpet. Selon lui, il faut davantage surveiller l’humidité que la durée. En effet, il rappelle à nos confrères de Slate qu’un masque chirurgical perd ses propriétés de filtration lorsqu’il est humide.

Les masques peuvent être réutilisés

Après avoir parlé, chanté, transpiré, éternué ou toussé, il est donc préférable de changer de masque. Mais faut-il pour autant le jeter ? Pour Denis Corpet, on peut tout à fait le laisser sécher et le réutiliser ensuite. Il conseille néanmoins de laisser le masque une semaine dans une enveloppe en papier avant de le remettre. Enfin, il est toujours possible de laver les masques chirurgicaux ou les masques FFP2 à la machine. Ils peuvent être lessivés jusqu’à dix fois tout en restant efficaces.

Bien porter un masque, reste néanmoins un point capital dans la lutte contre la propagation du virus et un élément de protection majeur. Le microbiologiste Denis Corpet rappelle qu’il est important de faire en sorte que « le masque ne bâille pas sur les côtés », ce qui a tendance à arriver lorsqu’on croise les élastiques par exemple. Toujours dans l’optique de réduire les « fuites », il faut veiller à correctement ajuster la barrette nasale.

Dans la poche ou autour du bras ?

Par contre, le fait de mettre son masque en boule dans une poche n’est pas la meilleure idée. Il y a toujours le risque qu’il s’abîme ou qu’il soit troué. La technique qui consiste à mettre son masque autour du bras lorsqu’il n’est pas utilisé semble être la plus facile et la plus efficace.