Pic de pollen prévu ce week-end: Pourquoi sommes-nous de plus en plus allergiques?

Pic de pollen prévu ce week-end: Pourquoi sommes-nous de plus en plus allergiques?
Ph. Unsplash

Lorsqu’il fait beau, chaud et sec, les conditions sont réunies pour favoriser le développement des plantes. Et avec le réchauffement climatique qui rallonge l’été et diminue le printemps, la saison des allergies est, elle aussi, plus longue. Les pics polliniques sont, en outre, en moyenne quatre fois plus élevés qu’il y a 10 ans !

Un pic de pollen est d’ailleurs à craindre ce week-end, même si ces cycles sont parfois difficiles à anticiper à cause du vent, de la longueur des jours de forte chaleur mais aussi de la météo des jours précédents, relève le Docteur Vasiliu, médecin spécialiste en allergologie, dans les colonnes de So Soir.

De plus en plus de personnes allergiques

Nous sommes exposés à des quantités de pollen de plus en plus importantes. « L’effet des saisons devenues anormalement longues a pour conséquence de produire des pics polliniques historiques », explique encore le Docteur Vasiliu à So Soir. Les maladies allergéniques (rhinite, asthme, dermatite atopique) explosent partout en Europe. C’est aussi sur ce continent que le plus d’études sont menées sur le sujet.

Les saisons et la pollution sont en partie responsables mais également notre mode de vie. « Nous vivons de plus en plus dans des lieux aseptisés et coupés de notre environnement », relève le Dr. Vasiliu. Si cela nous permet de vivre plus longtemps, cela nous prédispose également à de plus en plus de maladies.

Que faire ?

On conseille généralement le trio antihistaminique oral, spray nasal, et douche nasale avec de l’eau salée. Mais malgré ce traitement classique, certains continuent d’avoir des symptômes (ORL et fatigue). C’est à ce moment-là qu’il faut penser à la désensibilisation. Cette dernière fonctionne d’ailleurs mieux chez les personnes avec des allergies sévères qui peuvent voir une diminution de leurs symptômes de l’ordre de 80 % dès la première année.

Il faut la commencer 3 à 4 mois avant l’arrivée dans l’air du pollen qu’on souhaite désensibiliser et prendre des gouttes ou comprimés tous les jours jusqu’à la fin de la pollinisation en juillet-août. Mais la désensibilisation n’est remboursée en partie que par quelques mutuelles. Et elle n’est efficace que pour les 2 à 3 années qui suivent. « L’idéal est de suivre 3-4 ans de désensibilisation consécutive », explique encore le Dr. Vasiliu.

Pour vous protéger des pollens, aller à la mer ou porter un masque ne vous sera pas d’une grande utilité. « L’important est surtout d’éviter de faire des efforts physiques intenses dehors, de bien vérifier les filtres de pollens de votre véhicule, de fermer les fenêtres en journée et d’investir éventuellement dans un filtre à air de type HEPA, bien que leur efficacité n’ait pas encore été prouvée cliniquement. », conclut le Dr. Vasiliu.