Les défis d'une transition vers une société décarbonée d'ici 2050

Les défis d'une transition vers une société décarbonée d'ici 2050

En décembre 2015, lors de l'Accord de Paris sur le climat, 195 délégations se sont engagées à contenir l'élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2 °C et à tout mettre en œuvre pour limiter cette hausse à 1,5 °C. Pour atteindre cet objectif, il est indispensable de réduire drastiquement les émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici le milieu du siècle. Pour cela, il faudrait qu'il n'y ait quasiment plus aucune utilisation des énergies fossiles (pétrole, gaz naturel ou charbon) d'ici 30 ans.

Des défis considérables

Concrètement, cela signifie que d'ici 2050, un pays industrialisé comme la Belgique doit réduire ses émissions d'au moins 80 à 95 % par rapport à leur niveau en 1990. Les émissions belges sont déjà en baisse, mais est-il réellement possible d'atteindre de telles réductions en Belgique ? Il s'agit bien entendu d'un défi de taille. Pourtant, le rapport «  Scénarios pour une Belgique bas carbone à l'horizon 2050  » (www.climat.be/2050) montre qu'il est techniquement bel et bien possible de réaliser une telle transition, et ce, avec les technologies existantes et sans nécessairement affecter le niveau de la production industrielle.

Chacun peut apporter sa contribution

Le gouvernement doit jouer un rôle moteur dans cette transition. Atteindre une société décarbonée d'ici 2050 nécessite d'importants investissements dans l'efficacité énergétique, les réseaux électriques, les parcs éoliens, les transports publics, les bornes de recharge pour les voitures électriques, ou encore des ajustements dans le domaine de l'aménagement du territoire.

Mais en raison de son ampleur, cette transition est impossible sans l'implication des citoyens. Tout le monde peut apporter sa pierre par de petits ou de grands aménagements dans sa maison (isolation, pompe à chaleur au lieu d'une chaudière, bon réglage du système de chauffage, allumage sélectif par pièce, appareils économes en énergie, etc.) ou encore par ses choix de locomotion (voiture électrique, voiture partagée, utilisation des transports en commun, etc.) et de consommation (dont l'alimentation).

La rubrique « Actions au quotidien » du site www.climat.be présente de nombreux conseils, simples et pas forcément coûteux, en matière d'habitation et de déplacement, qui sont les deux secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre en Belgique.

My2050, un outil éducatif

Pour permettre à tous de « visualiser » cette transition et d'analyser les différents chemins qui peuvent mener à une société décarbonée, le Service fédéral Changements climatiques (du SPF Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement) a développé un outil éducatif baptisé My2050. Sur cette plate-forme en ligne, les utilisateurs peuvent développer leur propre scénario vers une société décarbonée à l'horizon 2050. Pour cela, élèves et citoyennes activent différents « leviers » dans divers secteurs (transports, bâtiments, industrie, production d'énergie et agriculture), choisissent un niveau d'ambition et visualisent ainsi directement la réduction des émissions qui découle de leurs choix.

Des coachs climat dans les classes

Enfin, depuis mars 2017, une dizaine de coachs climat donnent des animations gratuites dans des classes du 3e degré du secondaire. Durant deux heures, ils font découvrir aux enseignantes et aux élèves les défis et opportunités liés aux changements climatiques et à la transition vers une société décarbonée. À l'aide de l'outil éducatif My2050, les élèves débattent des différents changements technologiques et comportementaux nécessaires pour réaliser une telle transition, et développent ainsi leur propre scénario bas carbone.

Les enseignantes du 3e degré du secondaire intéressées par une session (gratuite) peuvent encore s'inscrire sur le site de GoodPlanet : http://climatecoach.goodplanet.be/fr