Paradise City retrouve ses festivaliers après deux ans

Paradise City retrouve ses festivaliers après deux ans
Belga / J. Jacobs

Paradise City se tiendra bel et bien ce week-end sur la plaine du domaine de Ribaucourt, situé à Perk. Le festival aura naturellement une saveur toute particulière, étant donné qu’il s’agit de l’un des seuls festivals qui pourra se tenir cet été en Belgique. Pukkelpop avait d’ailleurs cru jusqu’au bout que son édition pourrait être maintenue, mais une actualisation des mesures sanitaires avait contraint ses organisateurs à annuler l’événement. « Nous sommes tristes et de tout cœur avec l’équipe de Pukkelpop qui a dû annuler son festival. Heureusement, notre petite taille (8 000 visiteurs et visiteuses en moyenne par jour) nous permet de nous conformer aux nouvelles règles en vigueur. Nous sommes évidemment conscients de notre responsabilité en tant qu’organisateur d’événements », a déclaré il y a quelques jours Gilles De Decker, l’organisateur du festival, pour confirmer que Paradise City aurait bien lieu.

Des règles pour entrer

Naturellement, certaines règles de base devront être respectées pour les festivaliers s’ils veulent être de la partie. Ceux-ci devront montrer patte blanche en ce qui concerne la Covid-19. « Une condition importante pour que le festival puisse continuer est que tout le monde ait la possibilité de venir à Paradise City, qu’il ou elle soit complètement vacciné.e ou non », explique Gilles De Decker. Pour rentrer, il faudra être en capacité de présenter un certificat de vaccination complète, d’un certificat de guérison qui commence dix jours après la date du premier test PCR positif et qui se termine 180 jours après la date de ce premier test positif, ou d’un test PCR négatif valable 48 heures, voire d’un test rapide antigénique négatif valable 24 heures. Il faudra donc se faire tester lors de l’événement si l’on opte pour cette troisième option. Afin d’aider les jeunes visiteurs et visiteuses en particulier, l’organisation propose des tests rapides à l’entrée du festival. Chaque jour, 2.500 tests seront disponibles au prix de 15 € par test. C’est via l’application CovidSafeBE que les fêtards pourront présenter un de ces précieux sésames aux organisateurs. Par ailleurs, les masques buccaux et la distanciation sociale seront obligatoires à l’arrivée.

Un festival écolo

Paradise City n'a pas seulement un line-up très impressionnant : le festival excelle également par son aspect vert et son empreinte écologique mesurée. Paradise City a été reconnu comme l'un des six festivals les plus durables au monde par « A Greener Festival ». De l'énergie verte à l’alimentation consciente, en passant par l'eau du robinet filtrée, l'organisation a mis en place dix mesures à suivre pour minimiser son impact écologique. Paradise City s’est engagé dès sa toute première édition en 2015 à minimiser son empreinte écologique. Comment ? En réutilisant l’eau des douches et des toilettes, en servant les boissons dans des gobelets réutilisables, en optant pour une restauration durable et en assurant le transport des festivaliers de Bruxelles vers le site du festival et inversement par le biais de bus électriques. L’organisation s’est déjà vue récompensée dans ce cadre par un Greener Festival Award.

Une programmation ambitieuse

Côté musique, ce sont des DJ de renommée nationale et internationale qui viendront garnir l’affiche du festival. Âme, Adriatique, Axel Boman, Nico Morano, Kink, Moodymann, Adriatique, Kerri Chandler, Acid Pauli, AliA, Lola Haro, Nico Morano et Susobrino sont notamment attendus à Perk durant le week-end, qui verra défiler 80 artistes. Les deux Belges de 2manydj’s clôtureront l’événement en fanfare dimanche soir, deux ans après avoir joué pour la dernière fois à Paradise City.

Le camping affiche d’ores et déjà complet, au même titre que les tickets combi et les tickets pour la journée de samedi, mais des tickets sont encore disponibles pour ce vendred et pour dimanche. Il est toujours possible de passer par l’application Ticketswap pour obtenir des billets en dernière minute.