Pneus hiver: quelles obligations et quand est-il le plus judicieux d’y passer?

Pneus hiver: quelles obligations et quand est-il le plus judicieux d’y passer?
Ph. Belpress

Quand les changer ?

La fédération du secteur de la mobilité Traxio recommande aux automobilistes de ne pas attendre les premières gelées ou neiges pour effectuer la permutation entre pneus été et pneus hiver. Il est par ailleurs conseillé de s’adresser à un garagiste ou à une centrale de pneus pour effectuer le changement, rappelle-t-elle.

« Les pneus été perdent beaucoup de leur efficacité dès que la température chute sous 7ºC. En revanche, la composition de la gomme des pneus hiver est différente de sorte qu’ils conservent leur souplesse par des basses températures », explique Filip Rylant, de Traxio.

Traxio souligne que la permutation en temps voulu entre pneus été et pneus hiver ainsi qu’une conduite adaptée à une météo hivernale contribuent à augmenter la sécurité routière de tous les usagers de la route. « Les pneus d’une automobile constituent l’unique contact avec le revêtement et font la différence entre un trajet sûr et un moins sûr », poursuit-il.

Quelles différences ?

« Le profil des pneus diverge aussi », ajoute Filip Rylant. « Il y a davantage de lamelles dans les blocs de profil qui ’désintègrent’ en quelque sorte le film d’eau sur le revêtement, ce qui augmente la force de traction du pneu hiver. Cet ‘effet de griffe’ assure une meilleure adhérence sur route glissante par une météo hivernale. »

Cette meilleure adhérence peut résulter en une distance de freinage beaucoup plus courte sur route enneigée ou verglacée. Ainsi la distance de freinage sur route enneigée à 50 km/h s’élève à 50 m avec un pneu été et à 23 m avec un pneu hiver. « Légalement les pneus hiver doivent avoir une profondeur de profil de 1,6 mm mais dans des conditions hivernales extrêmes, le secteur conseille plutôt 4 mm », précise Filip Rylant.

Quelles obligations ?

Lors d’une récente enquête sur l’état des pneus de l’automobiliste belge, il est apparu que 6,5 % des conducteurs circulent avec des pneus hiver en plein été, « avec toutes les conséquences sur l’usure, la tenue de route et la sécurité ».

Si ce n’est pas obligatoire (mais fortement conseillé !) en Belgique, sachez que de nombreux automobilistes européens doivent équiper à partir de ce mardi 1er novembre leurs véhicules de pneus neige, « quatre saisons », ou bien détenir des chaînes ou chaussettes à neige dans leur coffre.

C’est le cas au Luxembourg. Mais aussi en France, où des arrêtés ont été pris dans tous les territoires montagneux du pays, à l’Est d’une ligne Bordeaux-Metz. Au total, 4.173 communes dans tout ou partie de 34 départements sont soumises à cette obligation, applicable aussi pour les automobilistes étrangers et valable du 1er novembre au 31 mars.

Mieux vaut donc être équipé sur les nationales et autoroutes qui traversent les Alpes et le Massif central. Et attention aux panneaux  ! Ceux montrant une montagne, une valise de chaînes et un pneu indiquent les entrées et les sorties des zones où les équipements hivernaux sont obligatoires.

Quelles sanctions ?

Faute d’équipement, les automobilistes se verront-ils infliger une amende ? La loi « montagne » en France (obligeant les automobilistes à s’équiper de pneus neige, quatre saisons ou de chaînes afin de circuler dans les régions de hautes montagnes) prévoit en effet des sanctions. Toutefois, les automobilistes en infraction ne s’y exposeront pas avant la fin de l’année, a indiqué le ministère français des Transports.

La période de tolérance qui existait afin de laisser le temps aux usagers de la route de prendre leurs dispositions est donc prolongée jusqu’à l’adoption du décret instaurant les sanctions.