La SNCB teste des «zones de silence» dans certains trains

La SNCB teste des «zones de silence» dans certains trains
Ph. SNCB

La SNCB a entamé mardi une phase test pour des compartiments silencieux dans les trains. Le projet s’étendra jusqu’au 31 mai, a fait savoir la compagnie ferroviaire sur son site internet, confirmant une information de la presse flamande parue il y a une dizaine de jours. Les premières « zones de silence » sont mises en place dans les trains reliant Eupen à Ostende et Bruxelles à Luxembourg.

Faudra-t-il payer un supplément ?

Les voyageurs pourront choisir entre prendre place dans une voiture classique où ils pourront bavarder comme d’habitude avec des amis ou des collègues, ou s’installer dans une voiture « où le silence, voire la concentration et le repos, sont de mise ».

Les zones de silence seront situées en 2e classe. Les voyageurs ne doivent donc pas payer de supplément pour y accéder et aucune réservation n’est nécessaire. Ces zones se trouvent à l’avant ou à l’arrière du train et sont reconnaissables grâce aux autocollants « zone de silence » placés à l’extérieur et à l’intérieur des voitures concernées.

Pas de smartphone !

Afin de garantir le calme et la tranquillité dans ces zones, la SNCB demande de parler le plus bas possible, de mettre le téléphone portable en mode silencieux et de diminuer le volume des écouteurs.

Durant les mois de test, des flyers seront régulièrement distribués aux voyageurs de la zone de silence pour recueillir leur avis. Le concept existe depuis plus de 20 ans aux Pays-Bas.

Retrouvez toute l’actu sur Metrotime.be