Vladimir Poutine est-il vraiment gravement malade?

Vladimir Poutine est-il vraiment gravement malade?
Ph. Sipa / USA

Cette semaine, le président russe Vladimir Poutine s’est rendu sur le pont de Crimée qui avait été partiellement détruit en octobre. Sur des images diffusées sur la télévision russe, on peut le voir au volant d’une grosse Mercedes.

Sa main devient violette

Mais derrière cette séquence, les spéculations sur son état de santé vont bon train. En avril dernier déjà, une vidéo montrait le président russe en train d’agripper son bureau et en train de lutter contre des tremblements de la main et de la jambe.

Fin novembre Vladimir Poutine a rencontré le président cubain Miguel Diaz-Canel. Sur les images officielles diffusées par le Kremlin, le président russe est à nouveau agrippé à l’accoudoir de sa chaise. Plus surprenant, sa main est étrangement violette. Selon l’opposition russe, Poutine aurait les symptômes de la maladie de Parkinson et souffrirait de troubles schizo-affectifs.

Il aurait chuté dans les escaliers

Le 4 décembre dernier, la radio suisse LFM a évoqué un autre événement soulignant la fragilité de la santé actuelle du président russe. Récemment, Vladimir Poutine serait tombé dans les escaliers de sa résidence officielle. Selon le compte russe General SVR sur Telegram, il serait tombé sur le dos et se serait blessé au coccyx. Il se serait également « déféqué » dessus.

Toujours selon ce média relayé par LFM, cette chute résulterait de ses problèmes de santé liés au « cancer du tractus gastro-intestinal » dont il souffrirait.

Poutine souffre-t-il de Parkinson ou d’un cancer ?

Difficile de savoir ce qu’il en est réellement de l’état de santé du chef d’État russe. En mai dernier, le professeur Marc Peeters, qui a dirigé le service oncologie à l’hôpital universitaire d’Anvers, avait donné son avis à Het Nieuwsblad. Il avait balayé d’hypothèse que Poutine souffre d’une leucémie aiguë : « Les patients qui en souffrent sont généralement traités de manière assez intensive avec des greffes de moelle osseuse, ce qui rend compliqué la moindre sortie. Cela semble donc peu probable ».

De son côté, Patrick Santens, neurologue à l’UZ Gent, estimait que Poutine n’était probablement pas atteint de la maladie de Parkinson. « Quiconque souffre de la maladie de Parkinson subit un changement dans ses mouvements. La plupart des gens pensent surtout au tremblement, mais en fait, ce n’est pas le symptôme le plus courant. Les principaux symptômes sont plutôt la réduction des mouvements et de leur amplitude. Or, on voit que Poutine a toujours un bon pas, avec une bonne longueur de foulée », avait-il expliqué.

Retrouvez toute l’actualité sur Metrotime.be