Victime d’une chirurgie ratée, il est désormais incapable de fermer les yeux

Victime d’une chirurgie ratée, il est désormais incapable de fermer les yeux
Ph. Unsplash

C’est en 2019, après une série de rupture, que Pete Broadhurst décide de s’en remettre à la chirurgie esthétique. En 1959, l’homme avait subi une intervention dentaire qui lui avait laissé des séquelles au visage et des joues déformées. Afin de corriger ces imperfections, il a dépensé près de 13.000 en chirurgie esthétique. Lifting, rhinoplastie et blépharoplastie sous les yeux : au total, Pete a passé neuf heures allongé sur le billard. Mais à son réveil, il a senti que quelque chose clochait.

« On aurait dit que j’avais été passé à tabac. C’était horrible, et je ne pouvais pas fermer les yeux », raconte-t-il au Daily Mail. « J’ai été malade toute la nuit. Le lendemain de l’opération, j’ai souhaité ne jamais y être allé. »

Deux semaines plus tard, alors qu’il avait rendez-vous pour retirer ses points de suture, Pete fait part de ses problèmes au médecin. Celui-ci lui répond qu’il s’agit d’effets secondaires normaux. Mais les semaines passent et Pete est toujours incapable de fermer les yeux. Pour dormir, il en vient à attacher ses paupières au ruban adhésif.

Les catastrophes s’enchaînent

Deux mois plus tard, il se rend à l’hôpital pour une toute autre raison [un examen de la prostate]. Là-bas, les médecins comprennent ce qui ne va pas au niveau de ses yeux. Pete est alors renvoyé une nouvelle fois en salle de chirurgie. Cette fois, l’intervention est gratuite. Elle vise à réparer les dégâts occasionnés par la précédente opération : une greffe de peau devait permettre à la peau de ses joues de rejoindre ses paupières. Mais une nouvelle fois, l’opération vire au fiasco.

Pete se retrouve avec un œil complètement fermé, et l’autre toujours ouvert en permanence. « Mes yeux sont complètement déformés, je peux à peine voir. Cela ne s’est plus jamais amélioré », déplore le retraité. Aujourd’hui, plus aucun hôpital n’accepte de retenter une opération, de peur d’empirer les choses de nouveau. « Je me sentais déjà mal et cela n’a fait qu’empirer les choses. Maintenant, je m’inquiète simplement du confort de mes yeux », raconte Pete. « Cela va au-delà de mon apparence. Je veux juste être soulagé. Je veux dire aux autres de faire attention, car même avec un bon chirurgien, cela peut gâcher votre vie. »