Une jeune fille de 12 ans ne trouve pas une jupe d’uniforme adaptée à sa morphologie, l’école la renvoie chez elle

Une jeune fille de 12 ans ne trouve pas une jupe d’uniforme adaptée à sa morphologie, l’école la renvoie chez elle
Ph. Unsplash

Shylah Johnson, 12 ans, a été renvoyée chez elle à l’école Brookvale Groby, à Leicester, parce qu’elle portait une jupe noire unie au lieu d’une jupe plissée. Sa mère, Daisy Johnson, a déclaré qu’ils avaient fait le tour de plusieurs magasins et qu’ils avaient dépensé des centaines de dollars pour des vêtements qu’ils ont retournés parce qu’ils n’allaient pas à la jeune fille.

En effet, celle-ci est de petite taille et a des hanches assez larges, ce qui rend la quête d’une jupe adéquate difficile. Shylah a connu une poussée de croissance cet été, et elle vit ce renvoi comme une humiliation, ce qui alimente son anxiété. « Elle a déjà manqué deux tests cette semaine parce qu’elle ne peut pas suivre un enseignement à plein-temps, tout cela parce que sa jupe n’a pas de plis. Elle est victime de discrimination parce qu’elle n’a pas la morphologie requise pour porter cet uniforme », déplore sa maman auprès de Metro UK.

Mauvaise foi de l’élève ?

Le directeur de l’établissement M. Teece a expliqué qu’il avait tenté de trouver des solutions pour Shylah, mais que celle-ci n’y avait pas mis du sien : « L’école a la même politique d’uniforme depuis de nombreuses années. Nous avons fourni à la famille une jupe, nous avons proposé de les emmener dans les magasins adaptés, et nous avons proposé de la faire ajuster. Il semble simplement qu’elle ne veut pas porter la jupe… »

« Nous avons 1500 autres élèves qui n’ont eu aucun problème avec leur uniforme et qui ont bien commencé cette nouvelle année scolaire. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les étudiants à trouver le bon uniforme, et tout le monde sur le campus respecte nos règles en la matière. Nous ne souhaitons rien d’autre que de permettre à l’étudiante de reprendre pleinement son année et nous pensons avoir offert plus d’options que nécessaire aux parents et à l’étudiant pour y parvenir », a-t-il poursuivi.