Une famille poursuit Meta car elle estime Instagram responsable des troubles mentaux de sa fille

Une famille poursuit Meta car elle estime Instagram responsable des troubles mentaux de sa fille
AFP / L. Bonaventure

Ce procès va-t-il rentrer dans l’histoire ? Aux Etats-Unis, une famille a attaqué en justice Meta, la maison mère de Facebook, car elle l’estime responsable des troubles alimentaires et des pensées suicidaires de leur fille. Comme l’explique NBC, Alexis Spencer s’était inscrite sur le réseau social dans le dos de ses parents alors qu’elle n’avait que 11 ans. L’âge minimal pour avoir accès à Instagram est pourtant de 13 ans.

Dans la plainte, on peut lire que l’intelligence artificielle d’Instagram a proposé à l’ado du contenu qui glorifiait l’anorexie, des régimes alimentaires dangereux, et montrait comment se tailler les veines. La plainte ajoute que l’application a systématiquement tenté de favoriser la dépendance à Instagram.

La santé des utilisateurs délaissée ?

Aujourd’hui âgée de 19 ans, Alexis Spencer a été hospitalisée pour dépression, anxiété et anorexie. Toujours selon la plainte, elle « se bat tous les jours pour retrouver une meilleure santé » à cause des « contenus et des fonctionnalités nuisibles qu’Instagram promeut sans cesse dans ses efforts pour accroître l’engagement » des abonnés.

D’après les avocats de l’adolescente, Meta privilégie systématiquement ses profits au bien-être et la santé de ses utilisateurs adolescents ou enfants. « Nos documents montrent que la direction de Meta savait qu’Instagram nuisait aux enfants mais choisissait consciemment et systématiquement le profit plutôt que les vies humaines. Le réseau social a dépensé des millions de dollars à rechercher et développer des fonctionnalités pour attirer et retenir un flux constant de préadolescents malgré les avertissements des employés de Meta selon lesquels ces fonctionnalités étaient addictives et dangereuses pour ces utilisateurs ».