Une experte annonce que le variant Delta va causer une augmentation des cas en Belgique: «Ca va arriver chez vous aussi»

Une experte annonce que le variant Delta va causer une augmentation des cas en Belgique: «Ca va arriver chez vous aussi»
Ph. AFP d’illustration

Malgré l’avancement de la campagne de vaccination et un long confinement hivernal, le Royaume-Uni est confronté depuis quelques semaines à une flambée des contaminations attribuée au variant Delta, initialement détecté en Inde et beaucoup plus contagieux. Endeuillé par plus de 128.000 morts, le pays a, par exemple, enregistré plus de 18.000 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures samedi.

La détérioration de la situation sanitaire a d’ailleurs conduit le gouvernement à repousser de quatre semaines, au 19 juillet, la levée des dernières restrictions encore en place. Cela concerne la réouverture des discothèques, le service au bar et non seulement à table dans les pubs, et la possibilité de se rencontrer à plus de six (ou plus de deux foyers) à l’intérieur.

Augmentation des cas en Belgique

Dans les colonnes du quotidien De Morgen, Christina Pagel, membre du groupe d’experts britanniques (le Scientific Advisory Group for Emergencies), explique que le nombre de contaminations devrait, d’ici quelques semaines, également fortement augmenter en Belgique à cause du variant Delta. « Je vois que, en Belgique, seulement 30 % de la population est entièrement vaccinée. Ce n’est pas avec ça que vous allez contrer le variant indien », assure-t-elle.

L’experte explique que la situation que connaît actuellement la Grande-Bretagne est comparable avec ce qu’il s’est passé au début de l’année, avec le variant Alpha, le variant anglais : « Ce sont deux épidémies différentes. Le vieux variant disparaît, les chiffres diminuent, puis le nouveau apparaît. Dans un premier temps, on ne le voit pas dans les chiffres, jusqu’à ce qu’il devienne dominant, et les chiffres augmentent. Ça va arriver chez vous aussi », prévient-elle.

Rester prudents

À l’image de plusieurs experts chez nous, Christina Pagel préconise donc la prudence dans les différents déconfinements. Elle estime que voyager reste dangereux et que les grands rassemblements qui auront lieux à l’occasion de l’Euro 2020 (60.000 personnes à Wembley pour les demis et la finale), notamment, sont des mauvaises idées.

Selon Christina Pagel, le variant indien n’est pas le dernier auquel nous devrons faire face. La situation dramatique en Amérique du Sud, en Afrique ou dans une grande partie de l’Asie pourrait provoquer le développement de nouveaux variants.