Un nouveau variant venu du Népal inquiète les scientifiques

Un nouveau variant venu du Népal inquiète les scientifiques
AFP / P. Mathema

Les voyages à l’étranger sont-ils menacés ? Un nouveau variant du coronavirus venu du Népal inquiète aujourd’hui les scientifiques britanniques, rapporte Sudinfo. Actuellement, le Népal fait face à une deuxième vague meurtrière, alimentée par une augmentation considérable des infections en Inde, pays limitrophe, qui a enregistré le pire bilan quotidien de décès depuis le début de la pandémie. En outre, alors que le nombre de nouvelles infections enregistrées par jour était tombé à moins de 100 en mars, le Népal enregistrait plus de 9.000 nouveaux cas par jour à la mi-mai.

Face à l’inquiétude, un membre de Scientific Advisory Group for Emergencies (équivalent du GEMS en Belgique) a toutefois déclaré que le Royaume-Uni ne devait pas encore s’inquiéter outre mesure. « Il existe des milliers de variants », a-t-il indiqué. « C’est un virus qui mute tout le temps. » À l’heure actuelle, rien n’indique que ce variant soit résistant aux différents vaccins contre la Covid.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a quant à lui affirmé qu’il n’hésiterait pas à placer des pays actuellement considérés comme zones vertes sur la liste des zones oranges et rouges, ajoutant que « la priorité est de poursuivre le déploiement des vaccins pour protéger la population de ce pays ».

« Des décisions incroyablement difficiles »

Malgré les inquiétudes suscitées par le variant, le déconfinement du Royaume-Uni aura bien lieu le 21 juin prochain. L’ancien leader conservateur Iain Duncan Smith a par ailleurs exhorté le Premier ministre à ignorer les « scientifiques nerveux » et de poursuivre le déconfinement selon le calendrier fixé, rapporte le Sun. Il a également déclaré avoir « l’horrible sentiment » que la prochaine étape ne se déroulerait pas, suite à l’agitation provoquée par les accusations incendiaires d’incompétence face à la pandémie de coronavirus lancées il y a plusieurs jours par l’ancien conseiller du Premier ministre Dominic Cummings.

En réponse à ces accusations, le chef du gouvernement, qui a visité jeudi matin un hôpital dans l’Essex (est), a affirmé avoir dû prendre une « série de décisions incroyablement difficiles » lors de cette crise sanitaire, soulignant qu’« à chaque étape, nous avons été guidés par la détermination à protéger des vies ».

« Ils ne cessent de dire ‘nous allons écouter la science’ », a assuré Iain Duncan Smith. « Mais ils ne le font pas, ils écoutent les scientifiques. La science est ce que vous en faites. Nous n’avons pas vu d’augmentation des hospitalisations. » Mercredi, M. Johnson a déclaré qu’il n’y avait actuellement aucune raison valable de retarder le calendrier du déconfinement.