Un nouveau traitement contre le cancer efficace à 100% lors d’essais cliniques

Un nouveau traitement contre le cancer efficace à 100% lors d’essais cliniques
Ph. MSKCC

Chaque année, en Belgique, plus de 9.000 nouveaux cas de cancer colorectal sont diagnostiqués selon le Centre Communautaire de Référence pour le dépistage des cancers. Cela en fait la deuxième cause de décès par cancer dans notre pays. Le combat contre cette maladie pourrait cependant évoluer prochainement grâce à un nouveau traitement prometteur testé à New York. Testé sur 18 personnes, ce traitement a affiché un taux de guérison de 100 %, selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine. « C’est la première fois que cela arrive dans l’histoire des cancers », indique le docteur Luis A. Diaz Jr, qui a travaillé sur cette étude.

Des résultats encourageants

Le médicament utilisé lors des essais se nomme dostarlimab. Il est composé de molécules créées en laboratoire qui agissent comme des anticorps dans notre corps. De base, les docteurs voulaient l’utiliser avant que les patients ne doivent passer par des traitements plus contraignants comme des chimiothérapies ou des opérations chirurgicales particulièrement invasives. Sauf que le traitement a été tellement efficace qu’aucune autre opération n’a été nécessaire pour les patients par la suite car toute trace de cancer avait disparu de leur corps lors des différents tests effectués. Durant les mois qui ont suivi le traitement, aucune récidive n’a été détectée chez les patients qui ont été suivis entre 6 et 25 mois.

Le traitement va être testé chez des patients touchés par d’autres cancers

Comme l’explique le docteur Luis A. Diaz Jr, les patients traités présentaient tous une tumeur avec une spécificité génétique appelée MMRd (mismatch repair-deficient) ou MSI (microsatellite instability). Ce type de tumeur concerne entre 5 % et 10 % des personnes touchées par un cancer colorectal et est moins sensible aux chimiothérapies et radiothérapies.

Grâce à ce nouveau traitement, les médecins espèrent permettre à certains patients de continuer à vivre une vie normale, ce qui est parfois impossible à cause de certains traitements qui peuvent causer des lésions nerveuses, l’infertilité, voire des dysfonctionnements intestinaux et sexuels. Le traitement va également être testé chez des patients touchés par d’autres cancers, notamment de la prostate et du pancréas, qui peuvent être causés par cette tumeur spécifique. Des études plus poussées doivent cependant confirmer les résultats de l’étude.