Un mois après le massacre de Boutcha, la vie reprend peu à peu dans cette ville martyre

Un mois après le massacre de Boutcha, la vie reprend peu à peu dans cette ville martyre
Ph. Capture Quotidien

Il y a quelques jours, le journaliste belge indépendant Wilson Fache, qui travaille notamment pour le journal Libération et pour l’émission Quotidien, était à Boutcha. Début avril, le monde entier découvrait avec horreur le massacre qui a eu lieu dans cette petite ville de 30.000 âmes située à 50 km de Kiev.

Après le retrait des forces russes, plus de 400 corps ont été retrouvés à Boutcha, certains avec les mains liées dans le dos. L’Ukraine parle d’un massacre de la population civile et accuse la Russie de crimes de guerre.

« Personne ne me fera partir de Boutcha »

Un peu plus d’un mois après les faits, la vie reprend doucement son cours à Boutcha. Les images diffusées dans Quotidien montrent que des ouvriers communaux commencent à reconstruire les routes et les trottoirs. Les sportifs sont de retour sur les terrains de basket et de foot. « Je vais rester. C’est ma maison ici. C’est ici que j’habite depuis toujours. Personne ne me fera partir de Boutcha », explique à Wilson Fache un jeune homme que jouait au foot.

Cette semaine, les habitants se sont également retrouvés à l’église pour une messe organisée en hommage aux victimes. À partir de la semaine prochaine, ce sont les écoles de Boutcha qui vont rouvrir leurs portes.