Un homme noir violemment interpellé par la police: «ils m’ont traîné dans du verre brisé»

Un homme noir violemment interpellé par la police: «ils m’ont traîné dans du verre brisé»
Ph. Pexels

Sur les images de vidéosurveillance, on peut voir quatre policiers sauter d’une camionnette banalisée et pointer leurs armes sur le visage terrifié de Callum, assis dans sa voiture.

Jeté au sol dans du verre

« Dès qu’ils sont arrivés à ma voiture, j’ai mis les mains en l’air parce que je ne voulais pas me faire tirer dessus. J’étais effrayé », raconte Callum au Metro UK. « Ils ont commencé à cogner leurs armes contre les vitres de ma voiture jusqu’à les briser. Ensuite, ils m’ont tiré du siège du passager. C’est là que je me suis coupé la main et que le verre brisé s’est enfoncé dans mon pied. »

L’un des policiers s’est emparé de son téléphone pour le casser. « Ils m’ont également mis au sol, face contre terre, les pieds enfoncés dans mon dos pendant que je restais allongé pieds nus dans le verre », poursuit le jeune homme. Après un temps, les agents finissent par lui dire qu’ils avaient des renseignements selon lesquels Callum était en possession d’une arme à feu et qu’ils avaient des mandats de perquisitions. Le jeune homme s’est alors retrouvé menotté à l’arrière de la camionnette durant près de trois heures. Le sang coulait de ses blessures. Pourtant, les policiers ont refusé de lui apporter une aide médicale.

« J’étais déconcerté », enchaîne Callum. « Tout ce que je voulais, c’était rentrer chez moi et m’assurer que ma mère et ma sœur, enceinte, allaient bien. »

C’est seulement après la perquisition (infructueuse) à domicile que les agents ont emmené Callum à l’hôpital. Il souffrait de plusieurs coupures et d’une blessure profonde à la main qui a été recousue par les médecins.

Une plainte envisagée

Aujourd’hui, le jeune homme accuse les quatre agents de « violence policière » et d’usage excessif de la force. Il envisage de porter plainte.

Un porte-parole de la police des West Midlands a confirmé qu’ils « examinaient les actions des officiers », ajoutant qu’à ce stade, « aucune plainte n’a été reçue au sujet de leur conduite. »

La famille très impactée

Blessé à la main, Callum se retrouve dans l’incapacité de travailler dans le service traiteur qu’il a ouvert avec sa maman voici deux ans. Ce qui signifie une perte financière conséquente pour la famille, en plus de téléphone à remplacer et de la voiture à réparer.

« Aujourd’hui, tout le monde a du mal à dormir à la maison. Je suis éveillé 24h/24 et 7j/7. C’est terrifiant parce qu’ils pourraient juste revenir. Le pire, c’est que je n’ai rien fait, donc à ce stade, il s’agit essentiellement de harcèlement. C’était brutal la façon dont ils m’ont traité », conclut Callum.