Un étudiant reconnaît le meurtre d’une nonagénaire dans le cadre d’un jeu «d’action ou vérité»

Un étudiant reconnaît le meurtre d’une nonagénaire dans le cadre d’un jeu «d’action ou vérité»
Ph. Facebook

Nous sommes en mai 2018. À l’époque, Mary Gregory, une Anglaise de 94, perd la vie dans un incendie qualifié « d’accidentel ». L’histoire aurait pu s’arrêter là si Tiernan Darnton, un étudiant de 20 ans, n’avait pas admis le meurtre un an plus tard lors d’une séance chez un psy. Ce jour-là, il avait déclaré que « certains de ses amis » pouvaient « l’envoyer en prison à cause de ce qu’ils savaient ». Et lorsque le psy lui avait demandé s’il avait déjà tué quelqu’un, Tiernan Darnton a simplement hoché la tête.

Les policiers avaient alors interrogé des amis de l’étudiant. Ces derniers avaient indiqué qu’il leur avait confié le meurtre dans le cadre d’un jeu « d’action ou vérité ». « J’ai un secret que je n’ai jamais dit à personne. J’ai peut-être tué quelqu’un », avait-il indiqué.

Arrêté par les forces de l’ordre, Tiernan Darnton a déclaré avoir voulu « mettre fin aux souffrances » de la nonagénaire qui souffrait de démence. Le procès est toujours en cours.