Un demi-million d’Ukrainiens emmenés de force dans des «camps» en Russie

Un demi-million d’Ukrainiens emmenés de force dans des «camps» en Russie
AFP / E. Jones

Lundi déjà, le Pentagone affirmait que des Ukrainiens étaient « envoyés contre leur gré en Russie ». « Nous n’avons pas de chiffres mais nous avons vu des signes montrant que des Ukrainiens sont emmenés d’Ukraine en Russie », a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Ces personnes auraient ainsi été déportées en Russie et placées dans des camps. « Je ne sais pas combien il y a de camps ni à quoi ils ressemblent », a ajouté le porte-parole. « Mais nous avons en effet des informations selon lesquelles des Ukrainiens sont envoyés contre leur gré en Russie ».

Ce mardi, la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk était invitée de BFMTV. Selon elle, ce sont « près de 460 000 personnes » qui ont été déportées en Russie, dont plus de 10.000 enfants, et certains enfants orphelins.

« Crime contre l’humanité »

« 6.500 camps de filtration ont été créés en Russie », dénonce encore Mme Verechtchouk. « C’est un crime absolu contre l’humanité. »

Ces dernières semaines, les témoignages sur ces « camps de filtration » se sont multipliés dans la presse internationale. Selon des civils ukrainiens, il s’agirait d’une sorte de « centre de tri » : les Ukrainiens y sont retenus dans d’atroces conditions avant d’être interrogés, voire examinés. Après cela, ils sont soit autorisés à quitter la zone, soit emmené de force en Russie.

Si Kiev n’hésite pas à parler de déportation, Moscou nie en bloc. Le régime de Poutine parle, lui, de « civils évacués » hors des zones de combat.