Un an après l’assaut du Capitole, Biden pointe la «responsabilité» de Trump

Un an après l’assaut du Capitole, Biden pointe la «responsabilité» de Trump
AFP / S. Loeb

Le président démocrate doit s’exprimer dans l’enceinte même du Congrès américain, envahi le 6 janvier 2021 par des milliers de partisans de son rival, une attaque suivie avec stupeur à travers le monde.

Joe Biden « voit dans le 6 janvier le couronnement tragique de ce que quatre années de présidence Trump ont fait à ce pays », a affirmé sa porte-parole Jen Psaki, à la veille de ces remarques.

Elle a dit à la presse s’attendre à ce que « le président Biden expose la portée de ce qui s’est passé au Capitole et la responsabilité particulière du président Trump dans le chaos ».

Il va « dénoncer avec force le mensonge que propage l’ancien président », qui clame encore, contre toute évidence, avoir remporté le scrutin, a ajouté Jen Psaki.

Plus de 275 personnes arrêtées

Autre signe de la fermeté de l’administration Biden : son ministre de la Justice Merrick Garland a promis mercredi que tous les participants à l’assaut du Capitole seraient bien poursuivis « quel que soit leur statut ».

Une façon d’accentuer, peu à peu, la pression sur Donald Trump, qui quelques heures avant l’attaque du 6 janvier, haranguait la foule réunie dans un froid glacial, l’appelant à marcher sur le Congrès.

Le manifestant aux cornes de bison, un jeune homme qui a reconnu avoir volé une bière dans le bureau de la cheffe démocrate Nancy Pelosi… Plus de 725 partisans de l’ex-président qui étaient entrés dans le siège du Congrès ont déjà été arrêtés. Nombre d’autres ont vu le FBI débarquer à leur porte.

En parallèle, une commission parlementaire enquête pour comprendre le rôle précis de Donald Trump et son entourage dans cet assaut.