Traumatisé après une terrible agression homophobe à 17 ans: il a été torturé et brûlé par d’autres adolescents

AFP
AFP - AFP

Les faits se sont déroulés à Birmingham, dans l’appartement de Taylor Knight, 20 ans. Celui-ci avait déjà passé une nuit avec la victime, après avoir longtemps échangé avec lui par messages électroniques, rapporte le Metro UK.

Lorsque le jeune homme de 17 ans est venu retrouver Taylor chez lui, quelques jours après leur première nuit, il a croisé le chemin de « Ace », un ami de Taylor. Ce dernier a tenu des insultes et propos homophobes. Arrivé dans l’appartement, il découvre également deux adolescentes. « La victime a essayé d’expliquer qu’il était en relation avec l’accusé [Taylor Knight] », précise le procureur M. Majid. « Cela semble être l’élément déclencheur pour que l’accusé devienne violent. »

Taylor lui a alors jeté son sandwich et son verre d’eau à la figure. Craignant le pire, le jeune homme envoie un SMS à son frère lui indiquant sa localisation.

Un long calvaire

L’un des agresseurs avait filmé toute la scène avec son téléphone portable. Les images ont été diffusées au tribunal.

On y voit Taylor et « Ace » tabasser la victime. Alors qu’ils le traînaient au sol, ils lui ordonnent d’enlever sa chemise et son pantalon. Taylor le menace de « le violer et de le brûler ». Avec une bombe aérosol et un briquet, ils lui flambent les cheveux.

« L’accusé a pris un fil, l’a placé autour du cou de la victime et l’a étranglé avec », détaille le procureur Majid. « Il l’a ensuite maintenu au sol pendant que ‘Ace’ le rouait de coups de pied au visage. Après, ils l’ont traîné dans la salle de bain et l’ont fait s’asseoir dans la baignoire remplie d’eau froide. Ils lui ont jeté des mégots de cigarettes. »

Quelques minutes plus tard, l’adolescente de 15 ans a brûlé la victime avec de l’eau bouillante.

Un agresseur échappe à la justice

Entre-temps, le frère de la victime avait alerté la police et transmis son emplacement. Quand les agents sont arrivés à l’appartement, Taylor a prétendu qu’il ne connaissait pas la victime mais l’avait trouvé dans la rue dans cet état. C’est l’adolescente de 17 ans qui, en larmes, a avoué à un officier que les agresseurs étaient bel et bien les jeunes présents dans l’appartement.

Depuis cet épisode qui l’a « totalement brisé », la victime souffre de troubles du stress post-traumatique (TSPT).

Ces attaques homophobes ont été qualifiées de crime de haine par le juge. Taylor, 20 ans, a écopé d’une peine de prison de trois ans et huit mois tandis que l’adolescente de 15 ans a été condamnée à séjourner dans un centre de rééducation pour mineurs. « Ace », quant à lui, n’a jamais pu être identifié.