Rendre les réseaux sociaux plus sains, c’est désormais l’objectif de la lanceuse d’alerte Frances Haugen

Rendre les réseaux sociaux plus sains, c’est désormais l’objectif de la lanceuse d’alerte Frances Haugen

L’ingénieure et ex-employée de Facebook Frances Haugen, qui a fait fuiter l’an dernier des documents internes embarrassants pour le géant des réseaux sociaux, a annoncé jeudi le lancement d’une organisation chargée d’assainir les réseaux sociaux.

Des solutions concrètes

Intitulée « Beyond the Screen » (« Au-delà de l’écran »), cette ONG « se focalisera sur des solutions concrètes pour aider les utilisateurs à reprendre le contrôle de leur expérience sur les réseaux sociaux », a déclaré dans un communiqué la lanceuse d’alerte.

Son objectif est de donner aux utilisateurs des « solutions tangibles » pour les aider à prendre le contrôle de leur usage des plateformes. « Les réseaux sociaux peuvent nous permettre de donner le meilleur de nous-mêmes, et c’est ce à quoi Beyond the Screen va travailler », a-t-elle ajouté.

D’après le communiqué, l’organisation va créer une base de données en open source pour documenter les manquements légaux et éthiques des grandes plateformes et identifier des solutions.

Elle accuse Facebook de faire passer les profits avant la sécurité de ses utilisateurs

Frances Haugen s’est fait connaître il y a un an en faisant fuiter plus de 20.000 pages de documents internes de Facebook, et en martelant devant différents parlements que le réseau social faisait passer les profits avant la sécurité de ses utilisateurs.

Meta, la maison mère de Facebook et Instagram, nie ces accusations.

« Nous assistons à un effort coordonné pour utiliser de façon sélective des documents internes afin de peindre une fausse image de notre entreprise », avait déclaré le patron Mark Zuckerberg lors de la présentation des résultats trimestriels de l’entreprise en octobre 2021.

Beyond the Screen est financée par Project Liberty, une initiative de l’entrepreneur américain et propriétaire de l’Olympique de Marseille Frank McCourt, et l’organisation indépendante Common Sense Media.