Pourra-t-on bientôt vivre jusqu’à 120 ans grâce à la blockchain?

Pourra-t-on bientôt vivre jusqu’à 120 ans grâce à la blockchain?
Ph. Getty

La blockchain pour augmenter notre espérance de vie ? Oui, oui, vous avez bien lu ! En tout cas, c’est le projet de la Longevity Science Foundation, une organisation à but non lucratif suisse. Lancé par un consortium de cliniciens, de plusieurs institutions de recherche et de spécialistes en biotechnologies, cet organisme vise à dépenser plus d’un milliard de dollars au cours des dix prochaines années. Son but ? Trouver un moyen d’allonger la durée de vie pour atteindre les 120 ans.

La fondation souhaite financer la recherche, les projets et les institutions en rapport avec la blockchain, mais aussi d’autres technologies pour entrouvrir de nouveaux horizons. Quant à savoir comment la technologie peut aider la recherche en soins de santé, Garri Zmudze, directeur associé de LongeVC, a sa propre idée. « Si elle est associée à l’IA, la blockchain peut débloquer des centaines de téraoctets de données hospitalières non structurées pour une analyse plus approfondie », a-t-il déclaré à Cointelegraph.

Technologie de stockage d’informations

Développée à partir de 2008, la blockchain est en premier lieu une technologie de stockage et de transmission d’informations. Elle offre de hauts standards de transparence et de sécurité car elle fonctionne sans organe central de contrôle. Plus concrètement, elle permet à ses utilisateurs de partager des données sans passer par un intermédiaire externe.

La blockchain permettrait d’améliorer considérablement certains domaines jugés « critiques » par la fondation, dans l’espoir d’allonger l’espérance de vie. Elle pourrait par exemple améliorer les diagnostics prédictifs pour soigner les maladies le plus tôt possible et éviter les complications. Les données et statistiques regroupées pourraient permettre de mieux comprendre certaines maladies et comment les soigner au mieux même lorsqu’elles sont installées depuis longtemps. Et puis la médecine personnalisée progresserait elle aussi en comparant les données d’un autre humain semblable en termes de morphologie pour ainsi proposer une réponse plus adaptée à un besoin particulier.

Des résultats « significatifs » en cinq ans ?

La fondation indique sur son site que ces projets pourraient obtenir des résultats significatifs sur l’espérance de vie des humains dans un délai de cinq ans. Pour contribuer aux recherches, la fondation accepte les dons, notamment en cryptomonnaies. Les contributeurs obtiendront un droit de vote et donc leur mot à dire dans le choix des projets.

Si ce genre d’initiatives pose des questions éthiques – a-t-on vraiment envie de vivre jusqu’à 120 ans et dans quelles conditions ? –, elle soulève aussi des interrogations financières tant les sommes annoncées sont astronomiques et le projet encore bien mystérieux. Nul doute qu’on entendra encore parler de cette fondation dans le futur. De son côté, la technologie de la blockchain nous réserve encore quelques surprises sur son utilisation.