Polémique autour d’une barrière acoustique qui transforme leur jardin en «prison»

Polémique autour d’une barrière acoustique qui transforme leur jardin en «prison»

Ils la surnomment ironiquement « la grande muraille de Littlehampton » mais la colère est bien réelle. Tout le voisinage de la ville, située dans le West Sussex, déplore la construction d’une barrière acoustique de 3,5 mètres. Construite à cause d’une nouvelle route passant tout près de chez eux, la barrière ne plaît vraiment pas à Debbie Knight et ses voisins.

« Emprisonnés dans un mur d’acier »

« La hauteur de cette clôture est vraiment impressionnante. Je ne comprends pas pourquoi les deux côtés ne sont pas plus beaux. C’est plus froid que la prison de Ford pour être honnête, j’ai l’impression de vivre à côté d’une zone industrielle », déplore la riveraine. Le son de cloche est le même chez un groupe d’habitants qui partage son désarroi dans un post désormais supprimé sur Facebook. Un mot revient en boucle : prison. « Nous étions conscients, lorsque nous avons acheté notre maison il y a 23 ans, qu’une route serait éventuellement construite à côté et nous l’avons accepté. Mais jamais de la vie nous avons pensé que nous serions emprisonnés par un mur d’acier », déplore un couple de Britanniques.

Du côté de la commune, on se défend comme on peut : « La clôture est construite conformément au permis de construire approuvé et est destinée à maintenir dans des limites acceptables le bruit généré par le trafic. Nous apprécions les préoccupations des résidents et avons commandé un rapport indépendant pour examiner toutes les options. Nous examinerons les conclusions de celui-ci dès que nous l’aurons. »