Pass Covid, test PCR, vaccination des enfants: comment ça va se passer pour voyager cet été?

Pass Covid, test PCR, vaccination des enfants: comment ça va se passer pour voyager cet été?
Ph. Shutterstock

Depuis le 16 juin, le pass sanitaire entre en vigueur en Belgique. Il va aussi être généralisé dès le 1er juillet pour voyager en Europe et restera en vigueur, a minima, jusqu’au 30 septembre.

Sauf qu’il ne suffit parfois pas toujours à passer les frontières, et doit être complété par un test PCR, un formulaire et un isolement, selon les pays. Pays maintenant classés par couleurs (vert, orange, rouge) en fonction de leur situation sanitaire.

La situation va probablement s’homogénéiser en Europe et avec les pays « verts » du reste du monde. Sauf que, pour le moment, chaque pays applique ses propres règles. Et c’est encore plus compliqué lorsque l’on a des enfants, puisqu’ils ne sont pas encore concernés par la vaccination ou le pass sanitaire… Bref, pour partir en Europe ou dans le monde cet été, c’est l’aventure.

Le pass sanitaire, c’est quoi, c’est où ?

Le « pass sanitaire » correspond aussi au « certificat européen Covid-19 ». Pour voyager, ce pass vous sera indispensable. Il est obligatoire dans le cadre du contrôle aux frontières pour sécuriser l’entrée sur le territoire européen.

En Belgique, il correspond à la présentation de l’une de ces trois possibilités :

– apporter la preuve d’une vaccination complète (valable un an à partir de la date de vaccination complète)

– présenter un test PCR (qui atteste d’un résultat négatif, avec une durée de validité de 72 heures à compter de la réalisation du test PCR)

– ou alors, présenter un certificat de rétablissement (qui prouve une guérison du Covid-19 depuis au moins 11 jours après un dépistage positif et est valable 180 jours à compter de la date de réalisation du test).

L’attestation papier délivrée après la vaccination peut être stockée sur l’application CovidSafe. Vous pouvez aussi y stocker les infos de vos enfants.

Les enfants sont-ils concernés par le pass ?

Le pass est obligatoire pour les enfants dès 6 ans. Oui, mais comment faire lorsque l’on veut voyager, alors qu’ils ne sont pas encore touchés par la vaccination ?

Les parents peuvent également demander les preuves de test négatif ou guérison de leurs enfants mineurs, puisque chaque membre de la famille doit posséder son propre certificat. Les parents ont automatiquement accès au certificat de leur enfant mineur d’âge via l’application.

Concrètement, même si vous avez un pass sanitaire à jour, il faudra quand même prévoir, dans certains cas, en fonction du pays, un test PCR pour vos bambins. Ce n’est pas simple, on vous l’accorde.

Europe

Dès le 1er juillet, le pass sanitaire sera généralisé et permettra les déplacements au sein de l’Europe. Sauf qu’en attendant, un test négatif PCR est souvent demandé.

Le cas espagnol

Alors que la péninsule ibérique se prépare à accueillir les touristes en masse, le pays a autorisé l’ouverture de ses frontières, de ses plages et de sa sangria aux ressortissants du monde entier, pour peu qu’ils soient vaccinés. Si ce n’est pas le cas, un test PCR ou antigénique de moins de 72 heures doit être présenté à l’aéroport (ou par bateau, le cas échéant). Les voyageurs doivent aussi remplir un formulaire sanitaire. Et, bonne nouvelle, pas de quarantaine à l’arrivée.

À noter que les enfants de moins de 12 ans ne sont pas concernés.

Le Portugal

Depuis le 17 mai, les touristes belges sont les bienvenus avec un test PCR négatif de moins de 72 heures. Si vous avez des enfants, notez que seuls ceux de moins de 2 ans ne sont pas concernés.

L’Italie

Pour les Belges désireux de voyager en Italie, ils doivent présenter un test PCR, moléculaire ou antigénique négatif, réalisé moins de 48h (et non 72h, comme en Espagne ou Portugal) avant l’arrivée, remplir un formulaire et se signaler aux autorités en arrivant. Et ce, même s’ils sont vaccinés.

Ces mesures sont obligatoires pour les enfants de plus de 2 ans.

La Grèce

Certaines conditions sont indispensables pour se rendre en Grèce. Il faut remplir un formulaire de localisation PLF, a minima 24h avant l’arrivée dans le pays ; présenter un certificat complet de vaccination (avec les deux doses, le cas échéant) achevée au moins 14 jours avant le voyage, ou un test PCR de moins de 72h. Cerise sur le gâteau, cela vaut aussi pour les enfants à partir de 6 ans.

Ou alors, les voyageurs pour présenter un certificat d’immunité postinfection ou de diagnostic positif délivré soit par les autorités sanitaires, soit par un laboratoire public. Ce test doit dater de plus de deux mois après l’infection, mais de moins de 9 mois.

De plus, à l’arrivée sur le territoire, les voyageurs seront soumis à un dépistage PCR ou antigénique aléatoire.

Le cas du Royaume-Uni

Compte tenu de l’évolution du variant indien, les frontières du Royaume-Uni restent relativement imperméables. Le Royaume-Uni a été ajouté à la liste de 27 pays vers lesquels il restera interdit de voyager en dépit des assouplissements décidés grâce au recul de la pandémie de coronavirus

Monde

Attention, dès que l’on sort de l’UE, la situation se complique. Les règles d’entrée dans un pays changent en fonction de la situation sanitaire interne. Les pays sont classés par couleurs : vert, orange et rouge.

Les voyages, en particulier dans les zones rouges, restent déconseillés.

Les mesures de tests à l’embarquement et à l’arrivée et les mesures de quarantaine varient presque d’heure en heure, le plus simple reste encore de se reporter au site diplomatie.belgium qui met à jour les informations.

Interdiction de voyage dans 27 pays

Par ailleurs, la Belgique introduira cet été une liste de 27 pays vers lesquels il restera interdit de voyager en dépit des assouplissements décidés grâce au recul de la pandémie de coronavirus.

La liste approuvée contient le nom de 27 pays : le Royaume-Uni – le seul situé en Europe- ; l’Afrique du Sud, le Botswana, la République démocratique du Congo (RDC), la Jordanie, le Qatar, le Népal, le Brésil, la Bolivie, le Paraguay, l’Inde, l’Uruguay, la Géorgie, le Chili, Trinidad et Tobago, la Colombie, le Bangladesh, l’Ouganda, l’Argentine, le Zimbabwe, l’eSwatini (l’ex-royaume du Swaziland, ndlr), le Lesotho, la Namibie, le Mozambique, le Surinam, le Pérou et le Pakistan.

Les Belges qui y en reviendront devront toutefois se plier à une quarantaine obligatoire. Une interdiction d’entrée s’applique aux personnes qui ne vivent pas en Belgique, avec cependant une exception pour les diplomates et les personnes dans le secteur des transports, par exemple, avec également une quarantaine.

Un système plus intense de « contact tracing » (recherche des contacts) sera élaboré d’ici la mi-juillet, remontant à davantage que quelques jours.