Paramount poursuivi pour violation du droit d’auteur dans «Top Gun: Maverick»

Paramount poursuivi pour violation du droit d’auteur dans «Top Gun: Maverick»
Ph. zuma Press

Trente-six ans après le film d’avions à succès porté par Tom Cruise, inspiré par un article d’Ehud Yonay intitulé « Top Guns » publié en 1983, Paramount a sorti fin mai la suite, « Top Gun : Maverick ».

Présenté en mai au Festival de Cannes, où Tom Cruise a reçu une Palme d’honneur, le film de Paramount/Skydance s’est envolé dès sa sortie. Il vient de se classer au Top 10 des dix meilleures recettes pour un deuxième week-end aux Etats-Unis et au Canada.

Dans leur plainte déposée auprès d’un tribunal en Californie, Shosh et Yuval Yonay, respectivement veuve et fils de l’auteur qui vivent en Israël, disent avoir récupéré en 2020 les droits d’auteur de l’histoire et accusent Paramount d’avoir « délibérément ignoré cela ». « Les Yonay soutiennent et Paramount dément que la suite de 2022, comme le film de 1986, est dérivée de l’histoire de l’auteur », selon la plainte.

Parmount se défend

Les Yonay demandent une injonction pour empêcher Paramount de distribuer la suite du film ainsi que des dommages d’un montant non précisé. Ces accusations sont « dénuées de fondement » et « nous nous défendrons vigoureusement », a déclaré Paramount selon un communiqué lundi cité dans plusieurs médias.

La suite de « Top Gun » a été saluée par la critique. Tom Cruise y incarne toujours le pilote d’essai de la marine Pete « Maverick » Mitchell, désormais capitaine, qui s’entraîne à bombarder l’usine d’enrichissement d’uranium d’un pays considéré comme hostile.

Le film, dont la sortie a été retardée de deux ans par la pandémie de Covid-19, bénéficie d’un casting étoffé, avec Ed Harris, Jennifer Connelly, Miles Teller et Jon Hamm, tandis que le vétéran de « Top Gun », Val Kilmer, y fait une brève apparition dans le rôle d’« Iceman », un personnage clé du premier volet.