Paralysé depuis dix mois après une intoxication alimentaire pendant ses vacances

Paralysé depuis dix mois après une intoxication alimentaire pendant ses vacances
Ph. Facebook

Malcolm Brown, 71 ans, et sa femme se sont rendus en Turquie pour prendre le soleil en septembre de l’année dernière. Ils avaient mangé des sandwiches au fromage pour le déjeuner avec des amis, lorsque le Britannique a été frappé d’une intoxication alimentaire.

De retour en Écosse, il est tombé gravement malade et a donc été transporté d’urgence à l’hôpital. Sa vision s’est troublée, ses mains et ses bras se sont engourdis et il a même ensuite été incapable de bouger. Les médecins lui ont diagnostiqué le syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune rare. Malcom et sa femme, Janis, pensent que la cause initiale de sa maladie est le fameux fromage acheté dans un supermarché local.

« Je ne parvenais pas à amener une cuillère jusqu’à ma bouche et c’est là que je me suis dit que je n’étais pas seulement victime d’une intoxication alimentaire », se rappelle le septuagénaire. « Mon état se détériorait rapidement et c’était effrayant de ne pas savoir ce qui n’allait pas. Le plus dur a été d’accepter l’aide du personnel de l’hôpital et de Janis. Je ne voulais pas être un fardeau. »

« Avec la bonne mentalité, je me rétablirai »

Durant cinq mois, le Britannique s’est retrouvé éloigné des siens, à l’hôpital, à cause des restrictions sanitaires, pour récupérer de sa maladie. Les médecins ne connaissent toujours pas l’étendue exacte des dommages causés à ses nerfs, car cette maladie signifie que son système immunitaire a attaqué son propre système nerveux. Le syndrome de Guillain-Barré est souvent déclenché par une infection, telle qu’une intoxication alimentaire, et le système immunitaire s’attaque alors par erreur aux nerfs. Les nerfs se réparent d’eux-mêmes en 12 à 18 mois, et grandissent d’un millimètre par jour.

Dix mois après l’incident, l’état de Malcolm s’améliore progressivement, mais la voie de la guérison est lente. Il peut désormais se tenir debout et s’asseoir dans un fauteuil roulant. Sa famille espère qu’elle pourra le retrouver à son domicile à partir du mois prochain. « Avec la bonne mentalité, je me rétablirai », conclut le père de famille avec beaucoup de courage.