Mort en 2003, il appelle à retrouver son assassin en direct à la télévision néerlandaise

Mort en 2003, il appelle à retrouver son assassin en direct à la télévision néerlandaise
Ph. police.nl

C’est une première mondiale. En 2003, Sedar Soares, un adolescent vivant à Rotterdam, a été assassiné. Aujourd’hui, grâce à la technologie dite du deepfake, il a lancé un appel à la télévision néerlandaise pour retrouver son assassin ainsi que d’éventuels témoins. L’appel a été lancé dans le documentaire de WNL intitulé « Spreek ! Nu ! », ce dimanche sur la chaîne NPO1. Il a également été publié sur le site de la police néerlandaise.

Le 1er février 2003, le jeune Sedar s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Alors qu’il participait avec des amis à une bataille de boules de neige, l’adolescent a été abattu par balles. D’après la police, Sedar aurait été la victime collatérale d’un échange illicite qui aurait eu lieu à l’entrée d’une station de métro se trouvant à proximité. C’est justement autour de cet échange, appelé « rpideal », que les policiers espèrent obtenir des témoignages pour enfin lever le mystère sur la mort de Sedar.

Comme l’explique la police néerlandaise, l’utilisation du deepfake pour lancer un appel à témoins est une première mondiale. « Un deepfake est réalisé à l’aide de l’intelligence artificielle. Un ordinateur a pour cela analysé des vidéos et des images pour voir comment bouge la bouche lorsqu’elle prononce certains mots. De cette manière, vous pouvez créer de fausses vidéos crédibles qui sont difficiles à distinguer de la réalité », indique Daan Annegarn, un détective.

Une récompense de 4.000 € sera offerte à la personne qui permettra de résoudre cette enquête.